Accueil » CHRONIQUE » Pôle & Mic. Que dit-on sur le hirak stop and go?

Pôle & Mic. Que dit-on sur le hirak stop and go?

Par Adnan H.

En partant de l’idée que le hirak est un chemin d’espérance pour atteindre un «réalisme utopique» au sens du sociologue Morin, il conviendrait de prime abord de dialectiser ce mouvement pour mieux le «désidéaliser» ; cet exercice permettra à notre sens de mettre en lumière certaines conceptions mortifères qui peuvent le mener à bout de souffle comme c’est le cas actuellement. Ce qui nous permet d’éviter l’écueil «de l’encensement anorexique du hirak» qui obture sa démarche dans la signification de l’aliénation sociale, en essayant de perpétuer le ravage du mimétisme démocratique, prenons comme exemple la litanie obsédante de certains concepts qui méritent d’être repensés, voire subvertis tels que consensus, gouvernance, état de droit : ces concepts-là «canonisés par l’ordre libéral, méritent réflexion, au lieu de se servir seulement du matraquage médiatique ambiant ? Pour ce qui est du consensus souvent présenté comme «état idyllique de la politique» (J. Rancière, 1995), il y a lieu de rester prudent et vigilant «pour qu’il ne serve à couvrir des formes d’hégémonie» neutralisant et ôtant toute signification aux luttes politiques qui permettent l’identification de forces politiques démocratiques existantes et émergentes. Aussi, comme le souligne le philosophe «compte tenu des profondes contradictions qui caractérisent notre société, la réhabilitation d’une logique « dissensuelle» est-elle impérative ; celle–ci permettrait d’aller au-delà de toutes formes de «mimétisme démocratique» tranquillisant et réconfortant qui consiste dans la recherche «effrénée de la transposition mécanique du modèle néolibéral» véhiculé et imposé par le capitalisme financier de plus en plus militarisé». Outre cet aspect, il faudrait réfléchir sur «la dynamique subjective» du hirak qui permet une réorganisation des croyances afin de neutraliser le sectarisme islamiste qui continue à faire des ravages. A notre sens, la démarche «dissensuelle» ne pourra tolérer l’érotisation du sacré édicté par la bande fanatiques de Ali Belhadj, dont certains esprits empreints de superficialité lui arrogent le monopole de la démocratie ; dans cette optique, il conviendrait de revisiter en profondeur cette conception de démocratie qui comme le disait Ranciere, «Nous sommes en réalité face à une démocratie largement confisquée, état de fait que justifie le discours intellectuel sur la crise de la démocratie au nom soit de l’incapacité du peuple, soit de son égoïsme». Dans cette optique, il faudrait opérer une critique sérieuse visant à battre en brèche l’islamisation de la modernité qui essaie de pervertir le concept de liberté. Enfin, il est tout à fait clair que l’habitus rentier ne va pas s’éclipser pour laisser place au conatus Spinoziste qui a pour fonction la transformation sociale et l’émancipation, dans ce cas de figure, la spontanéité du mouvement ne pourra s’avérer qu’ une illusion d’un moment. Enfin, pour faire advenir un changement socio politique, il faudrait un travail de réflexion sérieux pour appréhender la réalité sociale dans un milieu contraint. Autrement dit, l’indigence intellectuelle ne peut pas faire bon ménage avec le hirak.

À propos Carrefour

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Tempête politique aux États-Unis après la perquisition du domicile de Trump. “Personne n’est au-dessus des lois”

Une première étape vers un ...

Taïwan. «Des avions et des navires de guerre» chinois à 20 km des côtes

Taïwan a fustigé vendredi 5 ...

L’Onu avertit. La Corée du Nord prépare son premier essai nucléaire depuis 2017

Des travaux de construction d’une ...

Afghanistan. Les États-Unis ont tué al-Zawahiri, le chef d’Al-Qaïda

Le chef d’Al-Qaïda, l’Égyptien Ayman ...

Traite des êtres humains. Le HCR plaide pour plus de protection le long des itinéraires

Les services de protection font ...

%d blogueurs aiment cette page :