Accueil » Point de Vue » Point de Vue. Regain de la délinquance

Point de Vue. Regain de la délinquance

Par A. Benani

Il n’est jamais de bon goût de rendre public des faits de délinquance accompagnée de violence sauvage qui ont lieu dans l’environnement immédiat des citoyens, et répandre ainsi dans leurs esprits la hantise de pouvoir être un jour de possibles victimes de ce fléau sans cesse menaçant. Ces agissement criminels sont attentatoires non seulement aux biens des personnes mais également et surtout à leur intégrité physique, allant souvent jusqu’à faire déplorer à la collectivité des crimes de sang irrémédiables. L’ampleur et la dangerosité de ces actes a poussé les pouvoirs publics à promulguer tout récemment la loi 03-20, censée freiner l’expansion et la persistance de ce phénomène préjudiciable au plus haut point à la société, qui met en péril sa cohésion et éloigne la perspective de concrétiser l’idéal tant recherché et tant indispensable du vivre ensemble. Il n’est que de s’informer dans les différents médias, pour se rendre compte avec stupeur que l’on a atteint un niveau qui nous confère une bonne place dans la liste des pays où la violence relève de la quotidienneté et même de la banalité. L’actualité de ces dernières 24 heures nous livre 03 faits de banditisme qui se sont déroulés dans trois régions distinctes, et l’un d’eux a entraîné malheureusement la mort d’un jeune homme de 26 ans à Relizane, et le passage à tabac de son père qui se retrouve aujourd’hui à l’hôpital à la section des soins intensifs, tout cela parce qu’ils ont osé opposer une résistance à des voyous armés de sabres et autres armes blanches plus terrifiantes les unes que les autres, qui venaient les délester d’un malheureux troupeau de bétail. Comment peut-on rester insensible face à des situations aussi effarantes ? Pourquoi en est-on arrivé à laisser se multiplier plus que l’insupportable devant nos yeux ces terribles tragédies, et à l’impossibilité de les juguler dans une proportion moins dramatique, à défaut d’une éradication totale bien sûr ? Les réponses à ces questions existent bel et bien, et elles sont suffisamment claires: Bien qu’elle soit de caractère dissuasif et répressif, la loi seule ne suffit pas à éliminer tous les maux sociaux, la preuve est d’actualité et elle nous est donnée par la survenance des faits délictueux cités plus haut juste au lendemain de sa promulgation, et cela en dépit de l’aggravation des peines qu’elle énonce dans le cas de déclaration de culpabilité par une instance judiciaire. C’est pour cela que la loi persuasive et répressive doit compter sur le concours de l’éducation civique des masses, sur la lutte contre l’extrémisme des idées et des convictions, sur la révision en profondeur des objectifs recherchés pour une nation, sur le respect et la sacralisation du concept « LOI », sur l’apprentissage de la nécessité de respecter et d’adopter les normes auxquelles tous les individus composant une collectivité organisée, ont eux-mêmes adhéré et mis en place au moyen des règles et instruments universels de la démocratie, dans son élément central de l’expression de la libre volonté populaire. Il faut absolument que nos écoles et toutes nos institutions de l’enseignement du niveau primaire au supérieur, soient dans leur ensemble le vivier qui fournira à la nation des élites et des citoyens capables de la transformer en terre où règnera la discipline collective, facteur essentiel de l’avancée vers le développement multidimensionnel.

À propos Carrefour

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Etats-Unis. Au moins 25 millions d’Américains menacés par le mauvais temps

«Une succession d’orages graves ? ...

Iran. Plus de 300 morts depuis le début des manifestations

Un premier bilan officiel, qui ...

Face aux manifestations. Pékin assure que son «combat contre le Covid-19 sera une réussite»

Au lendemain de manifestations rares, ...

Covid-19 en Chine. Protestations contre la politique «zéro cas»

La colère monte en Chine, ...

Migrations. Les 27 décident d’un plan d’urgence

Ne «pas reproduire »la crise franco-italienne ...