Accueil » CHRONIQUE » Que faire des déchets nucléaires?

Que faire des déchets nucléaires?

Les déchets nucléaires sont une menace pour l’Humanité. Suite aux essais nucléaires de la France au Sahara algérien, les déchets nucléaires sont encore là, selon la Campagne internationale pour abolir les armes nucléaires. Il faut s’en débarrasser. Au demeurant, entre 1960 et 1966, la France a mené 17 essais nucléaires dans le Sahara algérien. Plus d’un demi-siècle après, les déchets se trouvent toujours là, et la question des conséquences de ces essais est restée en suspens. C’est ce qu’indiquent, dans une tribune, des représentants de l’Observatoire des armements et d’ICAN France. Ils appellent la France à régler cette question cruciale pour la santé des populations, pour l’environnement et pour les relations entre l’Algérie et la France. Patrice Bouveret est le directeur de l’Observatoire des armements et co-auteur de cette tribune, parue dans le journal Le Monde. L’Algérie devra obliger la France à prendre en charge ces déchets nucléaires. En 2019, La commission nationale du débat public (CNDP) de France a rendu son rapport concernant le 5e débat sur le plan national de gestion des déchets radioactifs le 25 novembre. Un bilan mitigé qui montre que les citoyens et les associations attendent une réponse forte des pouvoirs publics. «Le débat a permis de valider définitivement l’horizon 2030 de saturation prévisible des capacités d’entreposage des combustibles nucléaires usés», cette précision, issue du rapport de la CNDP, a fait réagir les associations. Sans uniformité dans la manière de participer à ce débat, il y a toutefois un consensus dans leur position idéologique: «Nous considérons qu’avant même de parler du traitement des déchets il faut qu’on arrête d’en produire», explique Charlotte Mijeon, porte-parole du réseau Sortir du nucléaire. «C’est un débat important car il arrive dans un moment clé qui est de savoir comment on va faire pour gérer les déchets existants. Ne faudrait-il pas arrêter d’en produire alors qu’on ne sait toujours pas gérer ceux qui existent déjà?», renchérit Alix Mazounie, chargée de campagne énergie pour Greenpeace. C’est dire que ce n’est pas une «mince» affaire pour gérer ces déchets. Il faut un «savoir-faire» et beaucoup d’argent. L’Algérie devra ouvrir le débat sur ce sujet avec son homologue français d’autant que la France laisse croire qu’elle voudrait régler le «contentieux» de la guerre d’Algérie. Il faut agir sur le plan diplomatique.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

La pièce détachée, l’autre épine !

Depuis la pandémie, la pièce ...

Début de la cinquième vague?

Un millier de cas de ...

Situation détendue pour le blé !

La crise du blé est ...

La CNR dans le rouge!

La Caisse nationale des retraites ...

Le pétrole, casse-tête de l’OPEP

Comme prévu, l’OPEP a convenu ...

%d blogueurs aiment cette page :