Accueil » CHRONIQUE » Point de Vue. Communiquer, c’est bien gouverner!

Point de Vue. Communiquer, c’est bien gouverner!

Par B. Nadir

La déclaration du ministre de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique, Brahim Boumzar, depuis la ville d’Oran, n’est pas passée inaperçue, car engendrant une colère et provoquant une vive polémique sur les réseaux sociaux. «On est à Oran et pas au Sahara», en réponse aux opérateurs de téléphonie mobile qui se plaignaient du manque de rentabilité d’un projet de connexion d’une nouvelle cité au réseau mobile. Des propos qui ont provoqué un tollé sur les réseaux sociaux où le ministre est accusé de racisme et de mépris envers les habitants du Sahara. Le ministre Boumzar a présenté ses excuses aux Algériens après ses déclarations à Oran sur le Sahara qui ont provoqué un tollé sur les réseaux sociaux. «Je présente mes excuses pour mes frères et mes compatriotes pour des propos qui ont été mal compris et des mots mal interprétés. Non à la fitna», a écrit le ministre sur la page Facebook de son département, dans la soirée de mardi. C’est une bonne chose qu’un ministre puisse s’excuser après une déclaration. Mais ce qui reste « inexpliqué », pourquoi parler de « fitna » dans une déclaration d’excuse. C’est inapproprié! Il aurait dû se contenter de clarifier les choses sans pour autant encore « provoquer » d’autres. Déjà, le secteur de la téléphonie a provoqué la colère des citoyens durant l’examen du Bac avec la coupure de l’Internet. Et pourtant, la réaction des citoyens sur sa déclaration montre que l’Algérie est indivisible et unie, c’est une très bonne chose. Il faut dire que le Hirak a uni les Algériens et en faisant « tomber » tous les faux problème de l’identité ou du régionalisme. Ce qui est certain, nos officiels ne savent pas communiquer. Ils ne connaissent pas les principes de la communication. Plusieurs ministres actuels ou ex-ministres ont commis des « bourdes » qui ont été très commentés sur les réseaux sociaux. Une formation des officiels à tous les niveaux est plus que nécessaire. La bonne gouvernance passe inévitablement par une bonne et fluide communication. Parfois, des organismes ou des institutions préfèrent se confiner dans un silence total que de s’exprimer. Souvent, le silence des institutions qui ouvre la porte aux interprétations et même la rumeur. A titre d’exemple, à ce jour, citons l’exemple du silence de la Fédération de football, qui ne dit pas mot sur le prochain stage de la sélection nationale comme s’il s’agissait d’un secret d’Etat. Ce silence a ouvert la porte au discrédit de l’institution du football et c’est inacceptable que ce soit la Fédération camerounaise qui annonce un match face aux Fennecs alors que la FAF n’en dit pas mot. Le changement, c’est aussi et surtout la bonne communication.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

La pièce détachée, l’autre épine !

Depuis la pandémie, la pièce ...

Début de la cinquième vague?

Un millier de cas de ...

Situation détendue pour le blé !

La crise du blé est ...

La CNR dans le rouge!

La Caisse nationale des retraites ...

Le pétrole, casse-tête de l’OPEP

Comme prévu, l’OPEP a convenu ...

%d blogueurs aiment cette page :