Accueil » ACTUALITE » Plus de 160 missiles tirés sur des objectifs militaires ukrainiens. Les Russes aux portes de Kiev

Plus de 160 missiles tirés sur des objectifs militaires ukrainiens. Les Russes aux portes de Kiev

Entre Kiev et Moscou, le dialogue de sourds «est à sa fin», plus le temps d’attendre, les hostilités sont bien là mais il faut espérer un arrêt des combats par les appels diplomatiques à l’apaisement de la France et d’autres alliés. Plus de deux semaines de tensions, montées d’un cran entre la Russie et l’Ukraine, de provocations, d’accusations mais aussi de bombardements à Kiev. Un conflit qui remonte à plusieurs années notamment depuis 2017 où Kiev n’a cessé de réclamer la mer Igor. Moscou soupçonne Kiev de recevoir des livraisons d’armes de l’occident, ce qui suscite sa colère. L’Ukraine, quant à elle, appelle à une mobilisation de toute l’Europe afin de la soutenir. Une chose est certaine. Les forces russes tombent du ciel et s’apprêtent à partir de l’Est et du Nord Est à se rapprocher lentement de Kiev pour prendre d’assaut la capitale et décapiter le gouvernement ukrainien. Des combats, des détonations et des échanges de tirs ont été entendus ce vendredi à Kiev, à partir du quartier d’Oblonsky, alors que les Ukrainiens ne cessaient d’appeler les Européens aguerris à venir se battre à leurs côtés, estimant que la réaction européenne était «trop lente». Les Européens, dans une de leur première réaction, ont condamné l’attitude de Poutine. Les Britanniques, notamment leur Premier ministre Boris Jonson, font partie de ceux qui ont insisté sur des «sanctions» contre Moscou, au moment où Emmanuel Macron a conseillé de laisser le «chemin ouvert au dialogue» avec Moscou pour obtenir un arrêt de son offensive militaire sur l’Ukraine après, dit-il, avoir eu, jeudi, avec lui des propos rapides et francs. L’UE, réunie en Sommet à Bruxelles, s’est engagée, jeudi, vers un «durcissement» des sanctions contre la Russie mais sans pour autant aller jusqu’à exclure ce pays du «Système» d’échanges bancaires internationaux «SWIFT». Les Européens ont également décidé de «délocaliser» la finale de la Europa ligue de Saint Petersburg vers un autre pays. C’est vers un nouvel isolement politique que s’achemine en effet la Russie, en attendant des jours meilleurs. En tous cas, l’armée russe qui a une « supériorité aérienne totale » en Ukraine, se rapprochait de Kiev, jeudi, avec l’intention de «décapiter le gouvernement » ukrainien et d’y installer à la place un gouvernement favorable à Moscou», selon des sources militaires occidentales. Moscou a tiré plus de 160 missiles sur des objectifs militaires ukrainiens. Les forces russes, venues du Belarus, ont rapidement progressé vers le sud et « se sont rapprochées de Kiev » au cours de la journée, a indiqué un haut responsable du Pentagone. « Nous estimons que, fondamentalement, ils ont l’intention de décapiter le gouvernement et installer leur propre méthode de gouvernance, ce qui expliquerait cette avancée initiale vers Kiev », a-t-il ajouté. Selon un haut responsable du renseignement occidental, « les défenses aériennes de l’Ukraine sont maintenant éliminées et ils n’ont plus de force aérienne pour se protéger ». La Russie a désormais une « supériorité aérienne totale » en Ukraine selon cette source. « Les Russes vont chercher dans les prochaines heures à masser une force écrasante autour de la capitale et la défense reviendrait désormais aux forces terrestres et à la résistance populaire », a expliqué ce responsable. Les troupes russes seront massées autour de Kiev « en quelques jours, si ce n’est pas demain matin, au rythme où nous avançons », a-t-il souligné. « Il n’y a plus beaucoup de temps. Je pense que beaucoup va dépendre de la résistance des Ukrainiens ». La Russie a jusqu’ici avancé en territoire ukrainien le long de trois axes: au sud depuis la Crimée jusqu’à la ville de Kherson, sur le Dniepr, au nord depuis le Bélarus vers Kiev, le long de deux routes au nord-est et au nord-ouest de la capitale ukrainienne, et à l’est depuis la ville russe de Belgorod vers la grande ville industrielle de Kharkiv, selon les estimations du Pentagone. Après avoir évoqué le chiffre de 75 sorties de bombardiers et 100 tirs de missiles divers, y compris de missiles mer-sol tirés depuis la mer Noire, le haut responsable américain a précisé, quelques heures plus tard, que le nombre de missiles tirés depuis le début de l’offensive russe était passé à « plus de 160 ». Au moment où nous mettons sous presse, les Ukrainiens ne cessent d’appeler les Européens à venir les aider pour faire face à une invasion de l’armée russe. « La plupart d’entre eux sont des missiles balistiques de courte portée, mais il y a aussi des missiles de moyenne portée et des missiles de croisière », a-t-il précisé. « Ils ont aussi largué davantage de parachutistes sur Kharkiv et nous estimons qu’il y a encore des combats intenses » dans cette zone de l’est de l’Ukraine. Les attaques se sont concentrées sur des objectifs militaires, notamment des bases aériennes et le commandement de l’armée ukrainienne, mais l’objectif est, selon le Pentagone, de prendre le contrôle des villes clés, notamment la capitale Kiev. Les forces russes ont notamment attaqué le contrôle de l’aéroport militaire d’Antonov à Gostomel, aux portes de la capitale ukrainienne où les combats semblaient se poursuivre en fin de journée. Cet aéroport pourrait devenir un point de rassemblement pour l’armée russe si elle voulait encercler la capitale. « Si Moscou parvient à le contrôler et à conserver sa supériorité aérienne (ce qui est très possible), ils pourraient certainement utiliser l’aéroport comme un point d’entrée pour attaquer Kiev », a tweeté Michael Horowitz, un expert en sécurité du consultant Le Beck International. Le haut responsable du Pentagone a souligné que cette offensive était sans précédent depuis plus de 70 ans. « Nous n’avons jamais vu une manœuvre de ce genre, d’Etat nation à Etat nation, depuis la Seconde Guerre mondiale, certainement rien de cette ampleur, de cette portée et de cette échelle », a-t-il affirmé. Jusqu’ici, les Russes ne sont, selon lui, pas encore entrés dans l’ouest de l’Ukraine et il n’y a toujours « aucune indication » d’une attaque amphibie dans le sud depuis la mer Noire. Les combats ont fait au moins 137 morts côté ukrainien, a indiqué jeudi le président de l’Ukraine, Volodymyr Zelensky. Le responsable américain n’a pas donné d’estimation des dommages subis par l’armée ukrainienne. « Nous avons vu des signes selon lesquels ils résistent et contre-attaquent », a-t-il toutefois déclaré. En outre, les communications du pays semblent fonctionner, a-t-il noté, soulignant qu’une cyber attaque pour les paralyser pourrait survenir lors de la prochaine phase de l’offensive. Le Pentagone n’a pas confirmé la destruction de plusieurs avions militaires russes, ni la prise de contrôle par l’armée russe de la centrale nucléaire de Tchernobyl. Mais Washington a annoncé l’envoi de 7.000 soldats américains supplémentaires en Allemagne pour « rassurer les alliés de l’Otan, dissuader une attaque russe et être prêts à soutenir les besoins dans la région ». Ces soldats américains s’ajoutent aux 5.000 militaires déjà envoyés par le président Joe Biden en Allemagne et sur le flanc Est de l’Otan.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

14 stations de dessalement opérationnelles et plusieurs projets en cours de construction. 3,7 millions m3/jour de production d’ici fin 2024

Quel avenir pour les ménages ...

Crédits alloués par l’Etat aux PCD et PSD dans la wilaya d’Oran. Une augmentation de 15,34 milliards de DA contre 12,30 milliards de DA en 2023

Les crédits de paiement alloués ...

Des mégaprojets et des investissements attendent leur finalisation d’ici 2027. L’Algérie bientôt sur le podium des puissances économiques

L’Algérie se métamorphose depuis 2019 ...

Campagne nationale de Pêche du thon rouge. Oran participe avec plus de 116 tonnes et 02 navires thoniers

Pas moins de 116, 4723 ...

Le paysage préélectoral s’installe progressivement. Course à la présidentielle

La décision du Président de ...