Accueil » ACTUALITE » Plus de 1.6 million d’étudiants reprennent les cours. Une rentrée universitaire «numérisée»
ALGIERS, ALGERIA - DECEMBER 15: A view of Algiers University as Algeria on Tuesday announced reopening of universities for the new academic year, after a nine-month hiatus due to coronavirus, in Algiers, Algeria on December 15, 2020. Mousaab Rouibi / Anadolu Agency (Photo by Mousaab Rouibi / ANADOLU AGENCY / Anadolu Agency via AFP)

Plus de 1.6 million d’étudiants reprennent les cours. Une rentrée universitaire «numérisée»

C’est acquis. C’est le retour officiel aux bancs de l’université en Algérie. Une nouvelle année universitaire donc qui s’annonce sous de meilleurs auspices avec à la clé la numérisation de l’enseignement outre l’ouverture de plusieurs spécialités technologiques comme le dessalement et le traitement des eaux salines au vus des nouvelles exigences exprimées dans le pays après faut-il le dire une rude épreuve climatique et environnementale due à la sècheresse et la réduction de ressources hydriques d’où l’urgence de mieux exploiter les eaux salines et les ressources d’eaux dites « non conventionnelles « pour palier au déficits de ressources hydriques. Pour consacrer la politique de « zéro papier » permettant d’alléger les prestations et pour les étudiants et pour les personnels universitaires, il a été procédé au renforcement de la numérisation des inscriptions à l’université ainsi que les formalités des œuvres sociales dans une nouvelle démarche préconisée par le ministère de l’enseignement qui a tendance à créer pour les étudiants ces responsables de demain, un environnement universitaire adéquat et conforme aux normes standards. Concernant la population estudiantine, elle est plus de 1.6 million d’étudiants à rejoindre samedi, les bancs des amphis au titre de l’année universitaire 2023/2024. Ils seront encadrés par près de 70.000 enseignants au niveau des différents établissements universitaires selon le directeur général de l’enseignement et de la formation au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Ali Choukri. Le nombre de nouveaux bacheliers est assez signifiant. Près de 331.272 nouveaux étudiants fouleront pour la première fois, le sol de l’université. 312.745 d’entre eux ont été orientés. Alors que 293.718 autres ont effectué leur inscription définitive jusqu’au 30 août dernier, soit 96.68%. La nouvelle année universitaire connaît son grand baptême avec une affluence record vers les spécialités scientifiques et technologiques. Le directeur général de l’enseignement cite, à ce titre, l’orientation de 64% des nouveaux étudiants vers les spécialités, contre un taux de 36% pour spécialités traditionnelles comme les sciences humaines et sociales. Toutefois, de nouvelles spécialités adaptées au marché de l’emploi ont été créées au niveau de plusieurs établissements universitaires, via des réseaux thématiques, à savoir le dessalement de l’eau de mer et le traitement des eaux salines créées au niveau des universités de Ouargla, l’Université des sciences et technologies Houari-Boumediene d’Alger (USTHB), l’Ecole nationale supérieure d’hydraulique (ENSH) et l’Ecole nationale polytechnique d’Oran dans le cadre du soutien à la sécurité hydrique. Pour renforcer certaines spécialités, les étudiants en médecine ont bénéficié, cette année, de la création de 14 nouveaux points de formation, sous forme d’annexes rattachées aux facultés d’origine. Ces dernières ont enregistré l’inscription de 4.000 étudiants à leur niveau, soit 27% de l’ensemble des étudiants inscrits dans cette filière. En ce qui concerne les deux nouvelles écoles supérieures créées au niveau du pôle technologique de Sidi Abdallah, l’Ecole nationale supérieure de la nano et nanotechnologie a enregistré l’inscription de 200 étudiants, tandis que 215 autres ont été inscrits à l’Ecole nationale supérieure de la technologie des systèmes autonomes. L’Ecole nationale supérieure de Mathématiques a, quant à elle, accueilli 306 étudiants, tandis que l’Ecole nationale de l’intelligence artificielle a enregistré 314 étudiants, selon le directeur général de l’enseignement et de la formation au ministère. Par ailleurs, 246 étudiants se sont inscrits en double diplôme au niveau de 6 universités pilotes pour cette année, à savoir M’sila (droit privé et informatique, management des affaires et anglais), Laghouat (spécialités économie numérique et mathématiques appliquées), Tlemcen (spécialités finance internationale et anglais), Oran 1 (spécialités informatique et sciences de gestion), et Annaba (automatisme et informatique). Sur le plan organisationnel, les inscriptions universitaires de cette année ont été marquées par la consécration de la politique « zéro papier », à travers la numérisation de l’opération dans ses différentes étapes, en sus des services ayant enregistré l’adoption d’une carte intelligente « unique et unifié » qui permet d’accéder à toutes les œuvres universitaires (transports, hébergement, restauration et bibliothèques). Par ailleurs, le secteur de l’enseignement supérieur sera renforcé par 40.000 places pédagogiques, réalisées dans 8 wilayas pour une enveloppe de 44,75 milliards de dinars, et de 21.500 lits répartis à travers 9 wilayas pour un montant de 25,75 milliards de dinars, et ce en vue d’améliorer les capacités d’accueil des étudiants au niveau des établissements universitaires.

À propos B.Kamel

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Pour la préservation de la souveraineté nationale. Une armée forte et une économie solide

L’Algérie ne s’inclinera devant personne ...

1er Mai: Sayoud rencontre les travailleurs et les citoyens à la Place Tahtaha. «25.000 logements distribués en deux ans»

Le wali Sayoud Said a ...

Politique de meurtre, arrestation arbitraire, torture, déplacement forcé et génocide. Les enfants palestiniens, premières victimes de l’horreur

Désormais chaque enfant palestinien où ...

7ème Sommet des chefs d’Etat et de Gouvernement du Forum des pays exportateurs de gaz (GECF). A la recherche d’une vision commune

Quel avenir pour le gaz ...

Unité de production de MTBE d’Arzew. Projet stratégique d’autosuffisance

L’essence au plomb c’est bien ...