Accueil » CHRONIQUE » Plafonner les prix des viandes …

Plafonner les prix des viandes …

La cherté de la vie avec la hausse des prix des produits de large consommation inquiète de plus en plus les Algériens. La viande est devenue un produit de luxe. La viande rouge est pratiquement hors de prix alors que le prix des viandes blanches est en hausse comme aussi des œufs. Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Mohamed Abdelhafid Henni, a annoncé, ce samedi à Alger, un plafonnement imminent des prix des viandes blanches pour préserver le pouvoir d’achat des citoyens. Dans une déclaration à la presse, en marge du 48e anniversaire de la création de l’Union nationale des paysans algériens «UNPA», Henni a indiqué que «les nombreuses réunions tenues avec les représentants de la filière des viandes blanches, notamment ceux du Conseil interprofessionnel de la filière avicole, ont débouché sur la décision de plafonner les prix des viandes blanches». Les prix plafonnés, applicables dans deux semaines, seront fixés en fonction du coût réel de production, avec des marges bénéficiaires raisonnables que ce soit pour les éleveurs, les détaillants ou au niveau des abattoirs, a-t-il précisé. Quant à la hausse du prix de l’œuf, le ministre endosse la responsabilité à la spéculation. «La production était «abondante» et la spéculation serait à l’origine de ces prix «exorbitants», assurant que les mesures nécessaires prises porteraient leurs fruits «dans les plus brefs délais» au profit des consommateurs», a annoncé le ministre. Concernant la grippe aviaire, il a révélé qu’elle n’a eu aucun effet dans le pays et seuls deux foyers ont été découverts au niveau national et ont été complètement éradiqués. Et ce n’est pas la première fois que le ministre avoue que la hausse des prix de la viande rouge est «injustifiable», tout en réfutant que l’augmentation serait liée à la hausse de l’aliment de bétail, en assurant que l’aliment de bétail est disponible à des prix codifiés à l’instar du son, en plus du soutien de l’Etat aux agriculteurs pour diversifier la production, affirmant que ces prix «nuiront» à la filière. La spéculation dans le secteur des viandes et ses dérivés nuit beaucoup aux Algériens. Il va de soi que si toutes les mesures prises n’iraient pas vers la baisse des prix des viandes, il faudrait penser à l’importation des viandes surgelés ou congelées.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le tri sélectif, c’est de l’argent à gagner!

Que faire de nos déchets? ...

Le blé, l’autre «char»!

Malgré la chute des prix ...

La Palestine encore agressée!

Neuf Palestiniens ont été tués, ...

L’OPEP+ inflexible !

Les prix du pétrole brut ...

Un partenariat gagnant-gagnant!

Le président Tebboune a affirmé, ...