Accueil » CHRONIQUE » Pétrole, la menace saoudienne!

Pétrole, la menace saoudienne!

Les prix du pétrole ont chuté pour la troisième séance consécutive, malgré les efforts de l’OPEP+ et les annonces de réduction de production. Le Brent a clôturé à 78,03 dollars, en baisse de 1,07%, tandis que le WTI a perdu 1,39%, se fixant à 73,04 dollars. Depuis la réunion de l’OPEP+ la semaine dernière, le WTI a enregistré une baisse de plus de 6%, alimentant l’incertitude quant à l’efficacité des réductions, avec des préoccupations sur le respect des quotas par certains membres, notamment les Émirats arabes unis, le Koweït et l’Angola qui a refusé de se conformer à son quota assigné. Les prix du pétrole sont restés stables, mardi, dans un contexte d’incertitude quant aux réductions volontaires de la production par l’OPEP+ et alors que les tensions persistantes au Moyen-Orient suscitent des inquiétudes quant à l’offre. Les prix du pétrole ont baissé au cours de la séance précédente, les traders doutant que les réductions de l’offre par l’OPEP+ aient un impact significatif et la hausse du dollar américain a pesé sur les prix des matières premières en général, a déclaré Tina Teng, analyste chez CMC Markets à «Zone Bourse». Le ministre saoudien de l’Energie, le prince Abdulaziz bin Salman, a déclaré à Bloomberg dans une interview, lundi, que les réductions de la production de pétrole de l’OPEP+ pouvaient «absolument» se poursuivre au-delà du premier trimestre si nécessaire. Les craintes d’une escalade potentielle du conflit entre Israël et le Hamas sont revenues sur le devant de la scène après que les États-Unis aient tenu l’Iran pour responsable d’une attaque des forces houthies contre des navires américains en mer Rouge. Toutefois, les opérateurs se sont gardés d’intégrer une prime de risque dans le prix du pétrole, étant donné que le conflit n’a eu jusqu’à présent qu’un impact minime sur l’approvisionnement en pétrole du Moyen-Orient. Selon ING, le Brent devrait se maintenir autour de 80 dollars jusqu’au début de 2024, avec l’évolution des prix du pétrole dépendant largement de la capacité de l’OPEP+ à réduire davantage la production. Les analystes expriment des inquiétudes quant à un éventuel ralentissement de la demande mondiale de pétrole brut, notant que la demande chinoise restera forte, mais que l’Europe et les Amériques pourraient connaître une légère baisse en raison de conditions économiques défavorables.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le gaz a bien chuté !

Le prix du gaz est ...

Pour un Ramadan sans hausse…

Le gouvernement prend plusieurs mesures ...

Le pétrole a bien «chauffé»

En 2024, le secteur pétrolier ...

Alger, la capitale mondiale du gaz

Selon un rapport de Shell ...

L’ONU ne veut plus de cet ordre mondial !

Lors de la conférence annuelle ...