Accueil » CHRONIQUE » Pétrole, la bonne nouvelle!

Pétrole, la bonne nouvelle!

Cette semaine, le pétrole a atteint son plus haut niveau en trois mois, dépassant les 85 dollars le baril pour le Brent. Cette hausse est motivée par le manque d’offre et une reprise de la demande. Lors de leur dernière réunion en juin dernier, l’OPEP+ a convenu de limiter l’approvisionnement jusqu’à l’année prochaine et l’Arabie saoudite s’est engagée à réduire volontairement sa production, une réduction qu’elle a prolongée jusqu’en septembre. Cette réduction d’un million de barils de pétrole par jour pourrait être prolongée à l’avenir et même «augmentée», selon l’agence de presse saoudienne SPA. De son côté, la Russie a également confirmé qu’elle maintiendrait la réduction de ses exportations de pétrole en septembre prochain, avec une réduction de 300.000 barils par jour. Par ailleurs, les baisses instaurées depuis début mai par neuf pays dont Riyad, Moscou, Bagdad ou encore Dubaï, pour un total de 1,6 million de barils quotidiens, «sont étendues jusqu’à fin 2024», a précisé à la sortie le vice-premier ministre russe Alexandre Novak. Pour sa part, le ministère de l’Énergie des Émirats arabes unis, l’un des principaux producteurs du cartel, a indiqué que les actions de l’OPEP+ sont suffisantes pour l’instant, mais que le groupe reste prêt à réagir si des mesures supplémentaires s’avèrent nécessaires. Le geste de Riyad intervient alors que les cours ont dévissé ces derniers mois, malgré l’annonce inattendue, début avril, de coupes drastiques. Cette stratégie a de fait échoué à faire remonter les prix dans un marché déprimé par les craintes de récession économique mondiale, les hausses des taux des principales banques centrales et la laborieuse reprise de la demande en Chine au sortir des restrictions anti-Covid. Pour le second semestre de l’année 2023, l’OPEP et l’Agence internationale de l’énergie prévoient une augmentation de la demande qui pourrait provoquer une compression de l’offre. A cet effet, les cours du pétrole poursuivaient leur petite hausse vendredi. «L’Arabie saoudite fournit ainsi un plancher ferme pour les prix du pétrole», affirment les analystes de DNB, qui s’attendent à des «baisses importantes des stocks de pétrole dans les mois à venir», comme le relaye «Zone Bourse». «La chute record des stocks de pétrole brut aux Etats-Unis a également contribué à ramener le Brent à un niveau plus proche » de son plus haut prix en plus de trois mois, précise Han Tan, analyste pour Exinity.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Déjà des mesures contre les feux de forêt !

La Commission nationale de protection ...

Blé, l’Algérie sereine…

Les prix du maïs, du ...

Valorisation des eaux usées, le défi

Le ministre de l’Hydraulique, Taha ...

Le FLN se prépare aux élections…

Sous la direction d’Abdelkrim Ben ...

Le SOS des enfants du Soudan

«Depuis près d’un an, les ...