Accueil » ÉCONOMIE » Pétrole et hydrocarbures. La production Algérienne sera de 908 000 b/j jusqu’à fin juin 2024

Pétrole et hydrocarbures. La production Algérienne sera de 908 000 b/j jusqu’à fin juin 2024

Voilà une aubaine pour les pétroliers et l’OPEP puisque la prolongation de la réduction volontaire de la production nationale de pétrole de 51 000 barils par jour est effective et opérationnelle et ce jusqu’à fin juin 2024. Ceci se fera en coordination avec certains pays membres du groupe de l’OPEP+, pour maintenir la production pétrolière de l’Algérie à 908 000 barils/jour. En effet, l’annonce a été faite via un communiqué laconique du ministère de l’Energie et des Mines sur la prolongation de la réduction volontaire de la production nationale de pétrole de 51 000 barils par jour, jusqu’à fin juin prochain de l’année en cours. Il sera question de la prolongation et de réduction volontaire de 51 000 barils/jour jusqu’au deuxième trimestre de l’année en cours, en coordination avec certains pays parties de l’accord OPEP+. « Par conséquent, la production de l’Algérie sera de 908 000 barils par jour jusqu’à fin juin 2024 », lit-on dans le communiqué. Pour ce qui est du soutien à la stabilité du marché «ces volumes de réduction supplémentaires seront progressivement rétablis, sous réserve des conditions du marché». Cette réduction s’ajoute à la précédente réduction volontaire de 48 000 barils/jour, annoncée par l’Algérie en avril 2023, qui s’étalera jusqu’à fin décembre 2024.
Cela suppose que «Cette réduction volontaire supplémentaire vient renforcer les efforts préventifs déployés par les pays de l’OPEP+ en vue de soutenir la stabilité et l’équilibre des marchés pétroliers», conclut le communiqué. Les prix du pétrole en cette conjoncture de fluctuations se sont stabilisés dans une fourchette haute, avant-hier et ont été impactés par la décision de certains membres de l’OPEP+ de prolonger la réduction de leur production jusqu’à mi-2024 pour faire face à l’instabilité des marchés. Raison pour laquelle et pour faire face à la spéculation et les spéculateurs, des mesures additionnelles pourraient être envisagées si elles s’avèrent nécessaires afin d’assurer une stabilisation durable du marché pétrolier ». Pour le ministre du secteur, cette mesure, adoptée de manière préventive et en concertation avec plusieurs membres de l’Opep+, « vise à réaligner le marché pétrolier international sur ses fondamentaux intrinsèques plutôt que de le soumettre aux fluctuations irrationnelles des spéculateurs, responsables de la volatilité accrue et de l’instabilité observées».
Des mesures très nécessaires ont été prises avec l’agence de valorisation des hydrocarbures (Alnaft), la société pétrolière nationale Sonatrach et ses partenaires. « L’objectif de ces actions est de garantir que l’Algérie respecte intégralement son engagement à réduire volontairement sa production tout au long du premier trimestre prochain». Enfin, le responsable du secteur énergétique a fait savoir que l’Opep et ses partenaires de la déclaration de coopération «demeurent extrêmement vigilants et attentifs à l’évolution des fondamentaux du marché pétrolier à court terme.

À propos NADIRA FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Marché pétrolier mondial. Quelles perspectives à court terme?

Le ministre de l’Energie et ...

Banque Mondiale. 18,5 milliards de dollars de perte à Ghaza

Le bilan de cette agression ...

Agression israélienne contre Ghaza. De nouvelles victimes parmi les journalistes

Reporter sans frontières (RSF) a ...

Lancement du Réseau associatif pour le dialogue et le bon voisinage algéro-africain. Soutien pour les dynamiques participatives

Une convention de partenariat et ...

Opérateurs algériens. Quels sont les enjeux économiques?

Le baril du pétrole plafonne ...