Accueil » CHRONIQUE » Permis à point encore suggéré!

Permis à point encore suggéré!

Selon un document du Conseil national économique, social et environnemental, citant un bilan de la Gendarmerie nationale, intitulé «Les accidents de la route en Algérie: causes et effets», un total de 2.643 personnes ont perdu la vie et 11.479 autres ont été blessées dans 7.186 accidents de la circulation survenus en 2021. Le document souligne qu’en moyenne, environ 4.000 décès sont enregistrés chaque année sur les routes, entraînant des pertes financières évaluées à 100 milliards de dinars. Trois facteurs principaux sont identifiés comme étant à l’origine de ces accidents de la route: le facteur humain, représentant 96% des cas, l’état des véhicules (1,93%) et l’environnement. En ce qui concerne le facteur humain, les principales causes sont le non-respect de la vitesse réglementaire (15,49%), l’imprudence des piétons lors de la traversée de la chaussée (6,73%) et les dépassements dangereux (6,3%). D’autres causes incluent la perte de contrôle du véhicule (5,90%), le non-respect de la priorité (5,39%), le non-respect de la distance de sécurité (4,10%), ainsi que l’alcoolémie, la fatigue, la somnolence et la distraction. L’utilisation du téléphone au volant, le non port de la ceinture de sécurité et l’absence du port du casque sont également des facteurs contribuant aux accidents. Le Conseil national estime qu’il est judicieux d’introduire un système de points intégrés au permis de conduire pour contribuer à la réduction des accidents de la route. Ce système serait à la fois pédagogique et répressif, en invalidant le permis de conduire en cas d’épuisement des points. Le CNESE constate que les nombreux ajustements apportés au nouveau code de la route ont eu des retombées significatives en matière de sécurité routière. Il estime que ces mesures, combinées à des actions de formation, de sensibilisation et d’éducation routière plus efficaces, permettront de lutter contre ce fléau qui entraîne des coûts exorbitants pour l’État. La réduction de l’insécurité routière aurait des effets immédiatement positifs sur la santé publique, le bien-être des populations et la croissance économique. Le Conseil insiste sur l’importance d’aménager les infrastructures routières conformément aux normes internationales. Il met en avant plusieurs aspects tels que l’amélioration de la signalisation pour réduire le nombre d’accidents de la route, le renforcement du programme d’entretien des routes, la création de voies express entre les principales villes du pays, la résolution des points noirs sur le réseau routier national et la mise en place de dispositifs de sécurité près des zones de chantiers. Ces mesures visent à améliorer la sécurité routière et à réduire les risques sur les routes du pays. En adoptant ces standards internationaux et en prenant en compte les spécificités locales, il serait possible de créer un réseau routier plus sûr et plus efficace pour les usagers.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le pétrole s’envole…

Vendredi, les cours du pétrole ...

Valoriser notre gaz !

Lors de la séance d’ouverture ...

Déjà des mesures contre les feux de forêt !

La Commission nationale de protection ...

Blé, l’Algérie sereine…

Les prix du maïs, du ...

Valorisation des eaux usées, le défi

Le ministre de l’Hydraulique, Taha ...