Accueil » CHRONIQUE » Pénuries : un record ramadhanesque

Pénuries : un record ramadhanesque

Nous nous sommes habitués depuis des années à cohabiter avec les pénuristes «pros», les spéculateurs de tout bord, les sangsues sans scrupules, les cartels et les gangs du monopole.. Toutefois, cette année et particulièrement ce ramadhan, nous vivons un débordement sans précédent où toutes les limites du bon sens ont été cyniquement transgressées. Il n’y a pas un jour qui passe sans que les services de sécurité n’interviennent contre un crime commis par un quelconque morbide spéculateur et ayant trait à des comportements illégaux, participant à fomenter une situation de pénurie d’un produit, évidemment de large consommation… Cependant, nous serions un peu naïfs si nous ne croyons pas à l’existence d’une face cachée à dimension politique à ce phénomène qui s’est abattu sur notre mode de consommation, en commençant progressivement depuis le début de l’année en cours. Au sujet de la portée politique de cette tragédie ayant bousillé au citoyen la bonne saveur du ramadhan, pas mal d’analystes mettent ça sur le compte d’une lutte non déclarée entre des «clans» du pouvoir, tout en précisant que cette sorte de «guerre» par «huile de table» interposée serait une continuation voire une réaction aux mesures judiciaires, parfois dures, prises à l’encontre de quelques personnalités importantes et influentes, de l’ancien régime déchu.. L’on savait déjà que l’ancien régime avait imposé son autorité hégémonique sur l’Etat et ses Institutions en s’alliant aux gangs de l’économie parallèle, dont il en assurait la protection… En ce qui nous concerne dans la presse écrite, nous avions à maintes occasions et avant la chute brutale du régime déchu, dénoncé l’existence d’une économie parallèle ayant hypothéqué et esquinté l’économie nationale. Toutefois, peu de gens étaient au courant de l’existence de ce lien ombilical «sacré» entre les barons de l’économie parallèle et certaines personnalités très influentes de l’ancien régime. Il faudrait reconnaître que l’Etat et en dépit des faiblesses dont il fait grandement preuve, essaie bon gré mal gré, d’être à la hauteur des défis. Il faut reconnaître qu’il y a un travail de répression, méritant louanges, qui se fait sur le terrain contre les agissements illicites, je ne dis pas contre les commerçants et les grossistes, mais contre toute personne physique ou morale ayant été surprise en train de spéculer dans les denrées alimentaires. Cependant, en méditant sur ce qui se passe, en projetant les épisodes de cette tragédie nationale, il en ressort que la situation n’est toujours pas maîtrisée.

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

La Médiature de la République contre la bureaucratie

Elle intervient, surtout dans les ...

Disponibilité de l’eau: le défi du futur

« La vive concurrence autour ...

Les jeunes sous l’emprise des psychotropes

Les jeunes sous l’emprise des ...

Des codes QR sur les diplômes universitaires

Avant de lancer dans ce ...

Diplomatie: L’Algérie reprend sa place

Après une nuit diplomatique terne, ...