Accueil » RÉGIONS » Patrimoine. Le wali rassure foncièrement sur la préservation du patrimoine

Patrimoine. Le wali rassure foncièrement sur la préservation du patrimoine

Suite à des opérations de relogement intervenues à Tigditt, cette dernière semaine, il y a eu quelques quiproquos sur les démolitions de l’habitat précaire. Par conséquent, ces opérations ont occasionné quelques préoccupations de la société civile surtout les associations qui œuvrent pour la conservation du patrimoine culturel et historique. Le wali Mr Aissa Boulahya, comme à l’accoutumé, a reçu dans son cabinet, ce jeudi 15 juillet 2021, les représentants d’un collectif d’associations afin d’échanger avec eux pour apporter des éclairages sur les décisions de démolitions et sur la préservation de tout ce qui a une valeur patrimoniale historique, religieuse ou culturelle. A cette rencontre, ont assisté le Président de l’APC de Mostaganem, le Directeur de la Culture et des Arts et de la Directrice de l’Urbanisme. Pour rappel, ce collectif regroupe plusieurs associations de Mostaganem qui se sont distinguées par le travail qu’elles ont mené pour la préservation du patrimoine, depuis les premières démolitions encourues au Derb et à Tobbana. Pour le cas de Tigditt, un des présidents d’association présent, a survolé à l’attention de M.le wali, les causes profondes de l’imbroglio et de l’éternel recommencement de relogement par des pratiques répulsives. Ce dernier a surtout mis en exergue l’absence de l’autorité de l’Etat par l’absence de ses structures dans ce faubourg. En effet, le wali a longtemps écouté les explications qui consistaient à conserver sur les trois médinas (Derb, Tobbana et Tigditt) le socle de la cohésion sociale et éviter que le secteur sauvegardé ne soit démoli. Pour plus de transparences, les défenseurs du patrimoine ont souhaité l’implication de l’Agence Nationale des Secteurs Sauvegardés et le Ministère de la Culture. D’autre part, ce vœu, c’est justement pour faire bouger les lignes du projet de sauvegarde du dit patrimoine. Après des échanges très constructifs, le wali rassure en expliquant que les démolitions ne sont pas exécutées systématiquement car elles ont été faites suite à une étude technique et qu’aucune structure à valeur patrimoniale n’a été touchée. Il ajoutera que le wali est le premier garant mais aussi celui qui doit démolir l’habitat précaire et reloger, évitant ainsi des drames et des pertes humaines. D’autre part,il affiche sa volonté à accompagner le projet de la sauvegarde du patrimoine et veiller personnellement à le valoriser. Au circuit touristique proposé par le collectif, le wali affiche sa satisfaction et se montre disposé à le consolider. Aussi, le premier responsable s’est engagé à œuvrer pour fixer les règles générales de la conservation des sites historiques et culturels de la ville. Finalement, cet échange est déjà une base rassurante pour redynamiser le projet du secteur sauvegardé. Afin de garantir la continuité dans la communication et la coordination qui permettent de mener à bien cette noble action, le wali désigne M.Merouani Directeur de la Culture comme coordinateur.

À propos CHAREF KASSOUS

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Mostaganem. Les enfants des zones rurales privés de loisirs

Filles comme garçons, habitant les ...

Mostaganem. Le wali déverrouille le blocage des projets d’investissement

A Mostaganem, certains responsables continuent ...

Rentrée universitaire à Mostaganem. 25000 étudiants rejoignent les bancs des amphithéâtres

A Mostaganem, la cérémonie d’ouverture ...

Partenariat à Mostaganem. La mission ougandaise captivée par le savoir-faire de GISB

Dans sa stratégie de relance ...

Insalubrité à Mostaganem. Les déchets sauvages envahissent la moitié de la ville

A Mostaganem, la question de ...