Accueil » RÉGIONS » Patrimoine. La loi et l’accompagnement pour sauver le vieux bâti

Patrimoine. La loi et l’accompagnement pour sauver le vieux bâti

L’article paru dans le «Carrefour d’Algérie» le dimanche 1er Août écoulé sur le vieux bâti, appelle de notre part un éclairage préliminaire. L’Etat a adopté une stratégie, en vue de maîtriser ce phénomène, notamment l’articulation fonctionnelle, urbaine et architecturale du nouveau bâti avec son environnement ancien du fait qu’au niveau international, l’Algérie a ratifié la convention de l’UNESCO en 1973. Elle participe au programme «Euromed Heritage», initié en 1998, lié à la mise en valeur et à la protection du patrimoine bâti, partagé par les différents pays méditerranéens. Elle a conçu la déclaration d’Alger sur la diversité culturelle et la sauvegarde des identités et des patrimoines des peuples, adoptée en 2004. La menace qui s’annonce, de voir nos trois médinas disparaître – ainsi que les valeurs symboliques et économiques de son patrimoine bâti –, au profit de la création d’un nouveau paysage urbain, a incité justement l’Etat à intervenir sur ce sujet qui fait grand débat à Mostaganem. La politique patrimoniale du Ministère de la Culture vise à favoriser le développement d’une approche organique destinée à protéger, à conserver, à valoriser et à enrichir le patrimoine culturel et historique. Cette politique s’articule autour d’un des axes stratégiques : sauvegarder et protéger le patrimoine dans toutes ses composantes. Pour la réalisation de cet objectif, l’Etat a mis à la disposition des wilayas des mécanismes et des outils permettant de gérer le patrimoine protégé lorsqu’il est conforté par le PPSMVSS, le cas de notre wilaya qui permet sa préservation pour les générations futures, d’où l’inscription de la prise en charge des médinas dans une perspective de développement durable. Loi n° 98-04 du 15 juin 1998.Une fois que l’APW approuve le PPSMVS intervient alors, l’Agence Nationale des Secteurs Sauvegardés qui est un établissement public à caractère administratif placée sous la tutelle du Ministère de la Culture. Sa mission principale est d’assurer la mise en œuvre des plans permanents de sauvegarde et de mise en valeur des secteurs sauvegardés à l’échelle nationale. Le terme «Secteurs sauvegardés» a été créé par la Loi n° 98- 04 du 15 juin 1998 relative à la protection du patrimoine culturel. L’article 43 de la présente loi les définit comme étant: «les ensembles immobiliers urbains ou ruraux tels que les Casbah, Médinas, Ksours, villages et agglomérations traditionnelles caractérisés par leur prédominance de zone d’habitat et qui par leur homogénéité et leur unité architecturale et esthétique, présentent un intérêt historique, architectural, artistique ou traditionnel de nature à en justifier la protection, la restauration, la réhabilitation et la mise en valeur. L’ANSS fournit aux autorités de la wilaya concernées les informations se rapportant aux relogements définitifs ou provisoires des personnes concernées, hors du secteur sauvegardé, aux réintégrations dans les immeubles restaurés et aux expropriations pour cause d’utilité publique. Elle constitue les dossiers d’aides en faveur des propriétaires privés de biens immobiliers inclus dans le périmètre du secteur sauvegardé, destinées à la réhabilitation et la restauration des lieux. Les actions et projets qui ouvrent l’accès au financement du fonds par le fonds national de la préservation du patrimoine une autre structure sous tutelle sont : L’acquisition à l’amiable de biens culturels immobiliers relevant de la propriété privée, conformément aux dispositions de l’article 5 de la loi n° 98-04 du 20 Safar 1419 correspondant au 15 juin 1998 relative à la protection du patrimoine culturel et aux dispositions des articles 150 à 161 de la loi de finances pour 1983. L’indemnisation liée aux opérations d’expropriation de biens culturels immobiliers, conformément aux dispositions des articles 5, 46 et 47 de la loi n° 98-04 du 15 juin 1998 relative à la protection du patrimoine culturel et de la législation relative à l’expropriation pour cause d’utilité publique. Le financement de toute opération d’aide directe ou indirecte portant sur la conservation, la protection, la promotion et la mise en valeur du patrimoine culturel matériel et immatériel, conformément à la loi précitée. Mostaganem bénéficie du PPSMVSS pour les trois médinas sur une superficie de 103 ha décret du 15 juillet 2015, cette superficie reste irréversible pour abriter que la restauration des monuments historiques ainsi que la réhabilitation de son vieux bâti. S’il faille faire réaliser des buildings à la Dubaî, sans âme il va falloir voir ailleurs, Mostaganem possède des terrains incultes susceptibles d’intéresser les promoteurs.

À propos Mohamed Krelifa

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Environnement. Des eaux usées en pleine nature

Selon un expert en agronomie, ...

Les dessous du Souk de Ain Sefra. Des bénéfices du simple au double

Les ménagères Mostaganémoises et les ...

APC de Mostaganem. Les nouveaux élus ont du pain sur la planche

De tout temps, les APC ...

Elus locaux. Président d’APC rôles et missions

C’est avec amertume et désolation ...

Collectivités. L’Assemblée populaire communale en phase de mûrissement

De tout temps, les APC ...