Accueil » ORAN » Parking et stationnement. Des «gilets jaunes» faute de meilleure organisation

Parking et stationnement. Des «gilets jaunes» faute de meilleure organisation

La ville d’Oran, grand carrefour où affluent quotidiennement des milliers de voitures, ne dispose pas de parkings à étage suffisants, pourtant cela constitue une solution alternative pour atténuer le problème de stationnement dans la capitale de l’ouest du pays. Les habitants, et les automobilistes en particulier, estiment nécessaire de privilégier plutôt la construction de parkings à étage à la place de ces tours qui ont défiguré l’aspect architectural et qui sont à la solde de permis de construire délivrés sans égard aucun, à l’âme de la ville. De Sananès jusqu’à Boulanger, Cité-Petit, Les Amandiers, Gambetta, en passant par Monplaisant entre autres coins de la ville, le regard est agressé par ces bâtisses construites en tours. En effet, la problématique du stationnement en ville est telle qu’il faut se lever de bonne heure pour pouvoir trouver une place. Le nombre de parkings sauvages augmente de plus en plus. Malgré les vastes opérations menées par la sûreté de wilaya pour éliminer ce fléau qui prend de l’ampleur, la prolifération des parkings sauvages pose un véritable problème d’organisation des villes et pénalise lourdement les automobilistes.
Partout, dans chaque ruelle, boulevard, impasse, place, dans chaque coin et recoin, des hommes aux allures de voyous s’autoproclament gardiens de parking, munis de bâtons géants. Le citoyen paye, non pour la protection de sa voiture d’un potentiel danger extérieur, mais pour que ces mêmes gardiens ne causent pas de dommages à son véhicule car au fond, ce sont eux la vraie menace. La loi de la jungle règne dans toutes les rues d’Oran. Des gardiens surgissent de nulle part avec leur gilets jaunes, seul signe distinctif, ne disposant d’aucune autorisation leur permettant de faire payer les automobilistes et encore moins d’un tarif. L’éradication des parkings sauvages et la lutte contre cette pratique frauduleuse semblent être de vains mots chez la majorité des commissions de circulation, transport et voirie, au niveau des assemblées élues. Alors que la sûreté de wilaya d’Oran ne cesse de communiquer sur ces actions dans ce sens, sur le terrain, les résultats ne se vérifient toujours pas : des adolescents et des jeunes, dont la majorité des repris de justice, continuent d’imposer leur loi. Pis, ils rackettent et agressent au su et au vu de tout le monde.

À propos Y.chaibi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Association coeur ouvert «Lala». La solidarité au rendez-vous

L’élan de solidarité demeure une ...

A la veille de l’Aid El Fitr. Le marché Algerien innondé de produits contrefaits

Quece soit en soins, parfums ...

Vêtements de l’Aïd. La galère des parents!

De nombreuses familles oranaises doivent ...

Ramadhan. Le mouvement associatif solidaire

En ce mois particulier de ...

Les services de sécurité veillent au grain. Un mois sacré dans le calme

Oran, en ces jours du ...