Accueil » Uncategorized » «Papillon blanc annonce le printemps !!!»

«Papillon blanc annonce le printemps !!!»

Depuis la nuit des temps, l’homme cherche plus à nuire qu’à construire. C’est son dada. Il est à la fois source de calomnies, gisement de médisances, pour ne pas dire un grenier d’animosités. Rien ne peut lui faire plus plaisir que de faire ressentir le mal, chez autrui, par tous les pores. Où qu’il se trouve, et quelle que fut sa nationalité, sa couleur, ses penchants, ses désidératas, sa religion ou son appartenance, L’homme est ainsi fait et il ne peut changer car il s’y complait. Une évidence qui trouve sa raison d’être là où l’homme a élu foyer et là où son désir (sa main ?) passe. Il peut être moins nuisible ou plus sociable lorsque le cadre dans lequel il vit, est régi par des lois définies et des mœurs socialement acceptables. Ainsi, tout est relatif ! Si l’on vit dans une société de justice, d’équité et d’honneur, le mal que l’homme peut générer, trouve toujours son épilogue là où le glaive du poids et du contrepoids est omniprésent. Dans ce genre de société, l’homme agit en fonction des règles qui sont établies par une forme de convention unanime et généralisée. Quiconque passe outre se voit, quel que soit son rang, son identité ou son appartenance, mis à l’index et pris à partie par une société balisée et fortement enracinée. Dans nos sociétés, à nous, rien de tout cela n’est vrai ou possible. Même les lois qui nous régissent et réglementent notre vie, sont bafouées. Pire, lorsqu’elles existent, elles deviennent des armes avec lesquelles on cloue le clapet de ceux qui auraient l’audace ou la folie de s’opposer à une attitude, un acte ou une politique. Drôle de façon de parler de justice lorsqu’une simple lettre anonyme sur un quelconque responsable est mise à contribution pour lui nuire et le mettre en pâture face à ceux qui, subtilement mais lâchement, auraient confectionné des médisances pour le plaisir de les voir réalisées. Schopenhauer affirmait que l’homme était un loup pour l’homme. Que seules les règles établies empêchent la sauvagerie de régir les sociétés. Et je conclurais que ce qui se passe, ces derniers temps, dans les sociétés, dites civilisées; combien ces sociétés démocratiques deviennent de méprisants loups dès qu’ils font fi des lois et des règles établies. Dès règles qui disparaissent, comme par enchantement, dès que cela concerne des… arabes. Amen !

medhayas31@gmail.com

À propos Sayah.Med

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Au bout de l’impasse?… La mort !!!!

Qu’ils soient absents ou présents, ...

«Ce n’est pas la girouette qui tourne, c’est le vent !»

Peut-on occuper un poste, un ...

ça broute et ça shoote !!!

Comme un produit que l’on ...

Au pied du mur, on «voit» le maçon !

Me retrouvant seul et sans ...

Qui doute ne se trompe point !!!!

Qui nous a appris à ...