Accueil » ORAN » Panneaux et supports de publicité à Oran. Quel plan pour booster l’économie communale?

Panneaux et supports de publicité à Oran. Quel plan pour booster l’économie communale?

Les panneaux de publicité représentent une manne inestimable, susceptible de renflouer les trésoreries communales qui font face à un déficit budgétaire dû en majorité des cas à un manque des recouvrements de la fiscalité. Les communes dont les masses salariales sont bouffées par au moins 80% de cagnotte budgétaire. Depuis de années, la gestion de l’exploitation par les annonceurs des panneaux publicitaires qui sont répartis sur les édifices et les immeubles et les places publiques d’Oran, a été des plus difficiles et sournoises, à cause de manque de fluidité et de transparence mais surtout et bel et bien, à la tergiversation des annonceurs et autres propriétaires de supports publicitaires qui louent les espaces de publicité, à honorer leurs créances contractées auprès de la commune d’Oran. L’actuelle assemblée communale a insisté, lors de sa dernière session d’APC, sur la nécessité de renforcer les recouvrements induits par l’utilisation de panneaux publicitaires afin de mettre la commune à l’abri des aléas et pouvoir être en mesure de compter sur ses propres ressources, sans être amenée à recourir aux aides et autres subventions. Au même titre que la taxe de séjour des hôtels et à la taxe d’enlèvement des ordures ménagères, la taxation des panneaux publicitaires figure autant dans les priorités de la commune d’Oran qui s’est attelée à mettre en place les mécanismes réglementaires adéquats et réviser les tarifications dans le cadre du dispositif de mise à jour et d’assainissement du dossier de panneaux publicitaires. Il va sans dire que la gestion de la question des panneaux de publicité à Oran est en train de faire l’objet d’une mesure rigoureuse selon un élu communal qui estime que rien ne sera comme auparavant et que beaucoup de choses désormais vont changer dans ce domaine. Durant les mandats précédents, la facture annuelle héritée du non paiement des redevances dues à la publicité était estimée à plusieurs milliards de dinars, selon un expert, ceci sans parler des redevance liées à la location des biens et autres garages et abattoirs dont les revenus constituent une sacré bouffée d’oxygène, ajoute cet expert.

À propos B.Kamel

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Pour la préservation de la souveraineté nationale. Une armée forte et une économie solide

L’Algérie ne s’inclinera devant personne ...

1er Mai: Sayoud rencontre les travailleurs et les citoyens à la Place Tahtaha. «25.000 logements distribués en deux ans»

Le wali Sayoud Said a ...

Politique de meurtre, arrestation arbitraire, torture, déplacement forcé et génocide. Les enfants palestiniens, premières victimes de l’horreur

Désormais chaque enfant palestinien où ...

7ème Sommet des chefs d’Etat et de Gouvernement du Forum des pays exportateurs de gaz (GECF). A la recherche d’une vision commune

Quel avenir pour le gaz ...

Unité de production de MTBE d’Arzew. Projet stratégique d’autosuffisance

L’essence au plomb c’est bien ...