Accueil » Point de Vue » Palestine: le profil bas des régimes arabes

Palestine: le profil bas des régimes arabes

Pour ce qui est des peuples arabes, vous voyez bien qu’ils sont cotonnés derrière les barreaudages de leurs Etat-nations. Pas question d’oser penser hors du champ de pensée de son excellence ou de sa majesté. Pour ce qui est des régimes, tout le monde savaient ce que sont les régimes arabes. Ils sont là, afin de veuillez à leurs intérêts et ceux des gens de leurs cercles. les régimes arabes sont une sorte «coopératives familiales», en plus de quelques profiteurs jouant aux bouffons de la Cour. Tout ce système est au service des puissances étrangères, dont le rôle consistait, particulièrement à protéger et éterniser les vies de ces régimes. Parler de la Palestine, du peuple palestinien martyre ou bien condamner la situation inhumaine de deux millions de citoyens de la bande de gaza gisant depuis plus de dix ans sous le poids d’un embargo illégal, va attirer le mécontentement de ces puissances. Ce sont les mêmes puissances qui avaient autrefois, profité de la débâcle arabe pour implanter l’entité sioniste, en plein cœur du monde arabe. Les USA, la France, la Grande Bretagne et l’Allemagne avaient fondé une alliance, dont le but visant à sanctionner chaque pays ou chaque organisation humanitaire, songeant à fournir de l’aide fut-elle infinitésimale aux palestiniens. Le bon arabe, c’est l’arabe de service qui n’ose pas dire non, pour satisfaire aux besoins de ceux qui le protègent et qui lui garantissent de la fausse «légitimité»politique. Un gars de cette espèce n’oserait jamais évoquer le mot Palestine. S’il y aurait une insurrection armée comme celle de nos jours ou une intifada, ils emmétraient des aveux de condamnation démagogique, ostentatoires qui ne tuent pas une mouche. Pourriez-vous remarquer que les chefs d’Etat arabes qui n’ont pas plu aux «seigneurs du monde» ont été éloignés du fief du pouvoir, soit de grés ou de force, afin de placer des serfs ou des énuques castrés, sans la moindre virilité et ne savant jamais dire non ! Pour se faire une idée juste des régimes arabes actuels, il aurait fallu penser aux sinistres caïds et bachaghas qui avaient tenu sous la cravache la majorité des algériens, pendant une longue nuit coloniale et qui en contrepartie, ils jouissaient délibérément de tous les privilèges dont les neuf dixième des algériens en étaient privés. S’il oserait penser à rouspéter, ce n’était le gendarme du coin qui va s’en occuper… mais le caïd -lui-même qui va le dresser au moyen de la «falaka».

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

«Djamaa El Djazaïr» Haut lieu de tolérance et contre l’extrémisme

Pour prouver le faut, il ...

Feuille de route pour une nouvelle république

Ô ! L’Algérie terre des ...

Le 24 février, une date souveraine

Deux grandes dates faisant partie ...

L’obésité, l’inquiétant nouveau phénomène

Les milieux scientifiques et médicinaux ...

Cybersécurité

En arrivant chez nous, la ...