Accueil » ACTUALITE » Observatoire national de la société civile. Du pain sur la planche pour Benbraham

Observatoire national de la société civile. Du pain sur la planche pour Benbraham

Le nouveau président de l’Observatoire national de la société civile, l’ex-scout algérien, Noureddine Benbraham, sillonne les 04 coins de la capitale en ce mois sacré du Ramadhan pour un travail de proximité sur le tas des activités de la société civile. Sa dernière sortie au grand chapiteau dressé au niveau du quartier populaire de Bab El Oued à Alger, selon lui, lui permettait un constat de visu sur l’activité de la société civile. Cette visite dont son crédo est d’engager le dialogue, a surpris plus d’un, surtout les citoyens. C’est une aubaine pour tous les présents qui se sont réjouis de cette visite inopinée pour s’enquérir de ce que peut offrir la société civile aux nécessiteux en ce mois sacré du Ramadhan. Benbraham a réellement du pain sur la planche. Il veut aller vite dans la besogne et éviter à ce titre les schémas répétitifs. Sa nouvelle stratégie après celle tracée par l’ex-président de l’Observatoire est de faire participer tous ses membres aux tâches importantes que sont la proximité et la communication pour enrichir le dialogue sur les préoccupations et les doléances des citoyens. Cela suppose que l’implication de tous est primordiale pour être à l’écoute des cris de désespoir des citoyens qui se plaignent de l’inflation et de l’érosion de leur pouvoir d’achat. Cette visite au quartier de Kitani de Bab El Oued lui a permis de s’arrêter sur les lieux où est dressé ce grand chapiteau « iftar » qui draine depuis le premier jour du Ramadhan, un nombre important de citoyens démunis ou autres à la recherche d’un repas chaud offert gracieusement par des Associations et des bienfaiteurs. Le président de l’Observatoire a notamment supervisé les activités de solidarité des Associations et qui se traduisent en la distribution du couffin du Ramadhan aux orphelins et aux familles nécessiteuses qui se déroulent à l’intérieur de ce gigantesque chapiteau. Les priorités sont multiples. Il sera, désormais, question de revoir ces pesanteurs administratives à la fois archaïques et obsolètes pour restructurer l’Observatoire, le rendre plus rentable et plus efficace grâce à son rôle de proximité dans la société algérienne. Pour ce faire, il a prévu la mise en place de 05 axes fondamentaux: l’introduction du dialogue, des TIC, de parer au vide juridique, un nouveau logo, le financement des projets, les compétences et cadres dirigeants et enfin assurer la place de l’Observatoire dans la Gouvernance locale et centrale et ce, au niveau de la collectivité locale. Il est urgent de revoir les structures administratives de cet Observatoire national pour instaurer un dialogue constructif et assurer une bonne Gouvernance et partant pour instaurer une Démocratie participative au sein de la société algérienne.

À propos NADIRA FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le SITEV du 30 au 02 juin à la Safex. Une opportunité aux professionnels du tourisme

Le Salon international du tourisme ...

Marché pétrolier mondial. Quelles perspectives à court terme?

Le ministre de l’Energie et ...

Banque Mondiale. 18,5 milliards de dollars de perte à Ghaza

Le bilan de cette agression ...

Agression israélienne contre Ghaza. De nouvelles victimes parmi les journalistes

Reporter sans frontières (RSF) a ...

Lancement du Réseau associatif pour le dialogue et le bon voisinage algéro-africain. Soutien pour les dynamiques participatives

Une convention de partenariat et ...