Accueil » ORAN » Nuisances sonores le jour et la nuit. Loi bafouée et ras-le bol des riverains

Nuisances sonores le jour et la nuit. Loi bafouée et ras-le bol des riverains

Souvent accusés de pollution sonore, les motocycles deux-roues,  »exagérément bruyants », sont généralement des mini-motos, quads et moto-cross qui ne sont normalement pas autorisés à circuler sur la voie publique. Le bruit est généré par des échappements modifiés, non homologués ou tout simplement absents et ne constitue souvent que la partie audible du problème. En effet, cette modification de la ligne d’échappement s’accompagne fréquemment de transformations plus profondes, allant du kit de puissance aux roues surdimensionnés et cadre renforcé, parfois non immatriculé et donc pas assurés ; ces deux-roues représentent tant une nuisance sonore pour les riverains qu’un danger pour les autres usagers de la route. La pollution sonore dérange la tranquillité dans les espaces publics, les hôpitaux, les établissements scolaires. Un cinquième de la population souffre de troubles auditifs selon des experts algériens. En cause, les nuisances sonores dont les effets sur la santé sont sous-estimées d’où la complaisance observée à l’égard des fauteurs de bruit. Il est établi que la pollution sonore comporte le risque de troubles de l’audition, en plus des troubles de sommeil, troubles psychologiques ou encore les troubles de l’apprentissage chez l’enfant. En Algérie, le problème concernant les nuisances dues aux bruits a été pris en charge par les pouvoirs publics dès 1983, en promulguant la loi 83-03 du 05 février 1983 relative à la protection de l’environnement. En Algérie, la réglementation acoustique reste insuffisante en terme de mise à jour et de mise en oeuvre où l’idée générale de préservation du confort dans les bâtiments résidentiels contre le bruit est une simple limitation d’un seuil de 70 DB, mentionné dans le décret exécutif 93-184 du 27 juillet 1993. Pour le bruit extérieur pendant la journée, il est de 45 DB pendant la nuit. La principale réglementation nationale en matière de bruit comprend deux lois, un décret et un document technique réglementaire (DTR) mis en application depuis 1983. Depuis, la situation n’a pas changé, aucune mesure n’ayant été prise contre les nuisances sonores, à voir ce qui se passe avec les motards au niveau de la ville d’Oran, surtout au niveau de la corniche oranaise. Pour la majorité des motards, une moto est faite pour faire du bruit et beaucoup de ces derniers ne jurent que par le bruit de leurs motos.

À propos Y.chaibi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Circulation routière et transport public. Les grands points noirs de la ville

L’un des points noirs dont ...

Commerce informel. Terrains agricoles squattés et exploités illicitement

La réglementation en matière d’urbanisme ...

Prolifération de chiens errants. Incivisme, laisser aller et inquiétude

Ecumant les cités à la ...

Rideaux baissés. Le calvaire des Oranais pendant l’Aïd El Fitr

En dépit des assurances de ...

Association coeur ouvert «Lala». La solidarité au rendez-vous

L’élan de solidarité demeure une ...