Accueil » ACTUALITE » Nouvelle vision dans la politique des subventions. L’appui des uns, l’inquiétude des autres

Nouvelle vision dans la politique des subventions. L’appui des uns, l’inquiétude des autres

Après son passage au niveau de la Chambre basse et ses précisions sur la politique de subventions, le Premier ministre et argentier du pays vient d’être salué par certains, et fortement critiqué par d’autres. En effet, la problématique des aides ciblées, destinées aux plus nécessiteux et aux catégories vulnérables, a suscité une réaction mitigée entre opposants et partisans de cette mesure. Les aides et ce volet coûtent au Trésor la bagatelle de 17 milliards de dollars. Cet arrêt brutal doit se faire sans scission ni incidents, tentent à avertir certains responsables des Associations pour éviter l’amalgame. De leurs côtés, les Algériens et les 07 millions des travailleurs du secteur économique privé craignent la baisse des pouvoirs d’achat et les ménages algériens, surtout en cette crise sanitaire qui, pour rappel, a porté un coup fatal à notre quotidien et notre économie. Les pouvoirs publics souhaitent que ce système de subventions généralisées soit destiné exclusivement aux nécessiteux. Cette mesure reste salutaire pour certains et rejetés énergiquement par les détracteurs. La farine, le prix du gaz et de l’électricité ont connu de forte augmentation, ce qui a soulevé le courroux des Algériens. Le Premier ministre et premier argentier du pays a, lors de l’adoption du projet de loi de Finances 2022 par les députés de la Chambre Basse, réitéré la nouvelle décision de l’?tat, pour ce qui est de la révision du dispositif de soutien des catégories les plus vulnérables. Lors de sa prestation, il a clarifié cette nouvelle mesure qui, de tout temps, a été aux centres des débats lors des discussions et adoptions des projets de loi de Finances et projets de loi de Finances complémentaires soumis aux deux Chambres Parlementaires focalisées sur ce plan, en dépit du budget colloïdal consacré aux transferts sociaux. La réforme de la politique de subvention sociale visait l’orientation des fonds alloués dans ce cadre aux véritables ayants droit appartenant aux classes vulnérables et moyennes. Les mesures prévues par le PLF 2022, liées à la réforme de la politique de subvention sociale, « consacrent l’orientation sociale de l’Etat, une orientation traduisant les principes du 1er Novembre ». Après l’adoption du PLF 2022 par les parlementaires après les deux amendements introduits dont l’article 187 relatif à la mise en place d’un dispositif national de compensation monétaire au profit des ménages qui y sont éligibles, Aymen Benabderrahman a signifié, devant ce parterre de presse, qu’incontestablement, « l’Etat a aidé et continuera à subventionner, à travers des montants importants, prévus dans le PLF 2022, les catégories vulnérables et moyennes (…); la politique de subventions se poursuivra et sa levée nous est interdite. Voila en somme la quintessence de ses propos comme pour mettre un bémol aux supputations car, pour lui, le dispositif mis en œuvre, suite à la révision des subventions, consiste à « orienter les fonds alloués aux véritables ayants droit à travers des mécanismes devant être mis en place par le dispositif en question ».

À propos NADIRA FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le SITEV du 30 au 02 juin à la Safex. Une opportunité aux professionnels du tourisme

Le Salon international du tourisme ...

Marché pétrolier mondial. Quelles perspectives à court terme?

Le ministre de l’Energie et ...

Banque Mondiale. 18,5 milliards de dollars de perte à Ghaza

Le bilan de cette agression ...

Agression israélienne contre Ghaza. De nouvelles victimes parmi les journalistes

Reporter sans frontières (RSF) a ...

Lancement du Réseau associatif pour le dialogue et le bon voisinage algéro-africain. Soutien pour les dynamiques participatives

Une convention de partenariat et ...