Accueil » Point de Vue » Nous sommes les moutons

Nous sommes les moutons

Nous sommes les moutons, des moutons dociles et sacrifiables. Nous sommes les véritables bêtes que l’on mène du bout du nez, faute de cornes, vers les abattoirs sans résistance, sans rechignement et sans bruit. Nous acceptons tous les abus, les exagérations, les humiliations, les violences de toutes sortes, les impossibles faits accomplis et les égarements. Riches et pauvres, illettrés et intellectuels, travailleurs et chômeurs, malades et bien portants, jeunes et vieux, femmes et hommes, nous sommes tous les gibiers à la merci de ces vils charognards, sans foi et n’abdiquant devant aucune loi, sauf celle qu’ils imposent contre vents et marées et profitant d’une impunité totale. Ils décident, nous exécutons. Ils imposent, nous acquiesçons. Ils nous malmènent, nous nous taisons. De temps à autre, il nous arrive de lever timidement la voix pour jouer aux brebis et vite on nous taxe d’être galeux pour nous écarter du reste du troupeau. Et en fin de compte, cette voix, personne ne l’écoute. Et vite, nous nous remettons à nos habitudes, à continuer à céder, à hocher la tête en signe de oui. Alors, on nous fait les poches avant de nous faire la peau, à accepter d’être dépouillé, dénudé, sans se débattre, sans jamais dire non. Tout est fait pour nous mettre ko, à plat-ventre ou à genoux. Jusqu’au bout de nos peines, nous restons imperturbables, insensibles, inconscients, irresponsables et suicidaires. Oui, nous sommes les moutons, nous sommes de simples agneaux à peine capables de brouter et d’accepter la loi des béliers avec leur imposante carrure. Le pire, nous nous croyons meilleurs, plus futés, plus intelligents, plus connaisseurs, plus malins… «marguine». A l’approche du jour «J», nous achetons au prix fort cette bête du sacrifice sans gêne, sans honte et sans regret. Comme tous les jours que Dieu fait, on dépense beaucoup pour jeter beaucoup. Le mal est d’abord en nous. Mais comment se l’avouer ?

À propos Abdallah Bouhali

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Un paradoxe nommé Renault

L’usine Renault, malgré des déclarations ...

Des Verts et des pas mûrs !

Nous l’avons souligné à maintes ...

Ghaza pleure mais reste debout

Ghaza souffre, Ghaza pleure mais ...

Tout part d’une intox !!!

Les légumes secs se sont ...

Couper Internet pour sécuriser le BAC ?!

Couper Internet pour une histoire ...