Accueil » CHRONIQUE » Nettoyage ethnique à Gaza

Nettoyage ethnique à Gaza

Le président américain Joe Biden a fait état, samedi, de progrès dans l’obtention de la «pause humanitaire» réclamée par Washington dans les combats entre Israël et le Hamas à Gaza, censée aider à protéger les civils et à acheminer davantage d’aides vers la bande de Gaza assiégée. Interrogé sur l’existence de progrès à ce sujet, Joe Biden a répondu «oui», à sa sortie d’une église du Delaware, levant le pouce, avant de monter dans son véhicule, alors même que les bombardements aériens israéliens contre le territoire palestinien contrôlé par le Hamas continuaient. Le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, a déclaré, samedi, que pour Washington comme pour les États arabes, le statu quo d’une bande de Gaza contrôlée par le Hamas ne pouvait perdurer, rapporte le Guardian. Le chef de la diplomatie étatsunienne a d’ailleurs échangé avec ses homologues arabes sur le meilleur moyen de progresser vers une solution à deux États. Ce double discours américain motive Israël à tuer davantage d’enfants et de civils, en redoublant de férocité et de violence terroriste. Israël veut un nettoyage ethnique. C’est ainsi que le ministre israélien du Patrimoine, Amihai Eliyahu, a suscité la controverse en suggérant que larguer une «bombe nucléaire» sur la bande de Gaza était envisagé comme une option dans le cadre du conflit israélo-palestinien. Cette déclaration a été rapportée par les médias locaux. Eliyahu est membre du parti d’extrême droite Otzma Yehudit (Force juive). Ses propos ont provoqué des inquiétudes et des réactions diverses au sein de la communauté internationale. Dans une interview à la radio, Eliyahu a exprimé également ses réserves contre l’autorisation de toute aide humanitaire à Gaza. «Nous ne fournirions pas d’aide humanitaire aux nazis », a indiqué le ministre, ajoutant qu’il n’existe pas de civils non impliqués à Gaza. Le ministre d’extrême droite a également fait savoir que la population palestinienne peut aller en Irlande ou dans les déserts: «Les monstres de Gaza devraient trouver eux-mêmes une solution», selon lui. Et d’ajouter: «Quiconque brandit un drapeau palestinien ou du Hamas ne devrait pas continuer à vivre sur la surface de la terre». Le premier ministre Benjamin Netanyahou l’a immédiatement suspendu et a condamné ses propos. Entre-temps, des rassemblements de soutien au peuple palestinien ont réuni des centaines de milliers de personnes en France et dans le monde. De nombreux drapeaux palestiniens ont également flotté à Berlin (Allemagne). À Londres, pour le quatrième week-end consécutif de manifestations, plus de 30.000 personnes étaient présentes, selon les autorités. Même scène à Washington où une marche pro palestinienne s’est tenue, notamment pour demander un cessez-le-feu. L’armée israélienne poursuit ses opérations dans la ville de Gaza. Samedi, une nouvelle frappe dans un camp de réfugiés a fait une trentaine de morts, selon le Hamas. Les puissances occidentales n’ont proposé aucun plan de paix. Malgré le lourd bilan des victimes, Israël a perdu diplomatiquement et politiquement.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Déjà des mesures contre les feux de forêt !

La Commission nationale de protection ...

Blé, l’Algérie sereine…

Les prix du maïs, du ...

Valorisation des eaux usées, le défi

Le ministre de l’Hydraulique, Taha ...

Le FLN se prépare aux élections…

Sous la direction d’Abdelkrim Ben ...

Le SOS des enfants du Soudan

«Depuis près d’un an, les ...