Accueil » ÉCONOMIE » Naissance de l’Union algérienne économique et investissement. 2027, année charnière

Naissance de l’Union algérienne économique et investissement. 2027, année charnière

A quelques encablures de la tenue des futures joutes électorales que sont les présidentielles anticipées de septembre 2024, une nouvelle institution économico-financière vient d’être créée, ce jeudi dernier, à Alger par des experts, des opérateurs, des entrepreneurs et d’autres acteurs triés sur le volet pour un soutien indéfectible à la personne du Président de la République. C’est ce qui ressort de cette conférence de presse tenue jeudi dernier à la Résidence Soumam à Alger entre le président et son conseiller. Après une évaluation du premier mandat du président Tebboune, le conseiller de ce nouveau-né a apporté un éclairage sur le pourquoi de cette création et sur les objectifs attendus. Des défis géopolitiques, économiques et financiers attendent l’Algérie d’où l’urgence de faire face, a annoncé, en grandes pompes, AEK Slimani, conseiller et vice-président de l’UAEI, qui aspire à plus d’ancrage dans la sphère économico-financière du pays à l’ère de la mondialisation et des changements qui risquent de bouleverser l’économie. L’orateur qui a animé cette conférence de presse devant les médias et en présence des nouveaux adhérents, majoritairement des personnalités connues du paysage politique et économique et aussi de la société civile en Algérie, a, d’emblée, situé les actuels enjeux après une évaluation chiffrée des derniers développements survenus en Algérie par dresser aussi un tableau exhaustif de l’évolution de la sphère Économie en Algérie et les mesures inhérentes en matière de numérisation des Start-up entreprise par le premier magistrat du pays. Le vice-président de l’Union a rassuré, suite à notre question, que ce nouveau-né peut aussi se positionner comme un lobby pour faire face aux lobbys internationaux présents en force dans les différents secteurs que sont les banques et les assurances entre autres. L’Union aura aussi le pouvoir de décision donc il n’est pas conjoncturel, ce qui explique qu’il compte frapper fort pour mieux se positionner comme intermédiaire qui peut ajouter de la valeur ajoutée grâce à ses conseillers et à son Patronat mais notamment grâce aux solutions faites par des études et grâce à l’expertise puisque hormis son adhésion dans l’échiquier économique et financier, il est aussi ancré en force dans la société civile, le CNJ et l’ONSC. AEK Slimani rassure, en outre, que la première étape de ce processus puisque la naissance de l’UAEI a été proclamée, jeudi dernier, à Alger, est de sensibiliser, d’engager le dialogue avec ses partenaires dont le Patronat algérien, qu’ils soient privés ou publics, pour l’amélioration du climat des affaires en Algérie par énumérer une batterie de mesures entreprises par l’Algérie entre autres la Zlecaf, le partenariat africain, la Transsaharienne, les exportations hors hydrocarbures, le valet des va-et-vient des hommes d’affaires étrangers, l’Union du Maghreb entre autres par faire référence au nouveau code de l’investissement, le code de wilaya entre autres pour mieux illustrer les axes d’interventions de l’Union. Il s’agit de garder le rythme de cette dynamique économique après un constat sans complaisance du pouls de notre économie car selon le conseiller, l’année 2027 sera une année charnière dans le développement économique en ce nouveau-né qui accompagnera le Président de la République Abdelmadjid Tebboune par rétorquer l’orateur, l’intérêt suprême du pays grâce à une nouvelle vision et grâce à la Démocratie participative. Néanmoins, l’intervenant qui a animé cette conférence de presse, a fait le serment de barrer la route à l’argent sale qui circule et qui peut porter un coup fatal à notre économie par l’impacter et la fragiliser. Pour conclure, AEK Slimani a réitéré les missions de l’Union Algérienne de l’Économie et l’Investissement dont la création d’un environnement propice au climat des affaires et à l’investissement. Elle accompagne les entreprises dans leurs démarches administratives pour surmonter les entraves bureaucratiques. De plus, l’AUEI organisera régulièrement des forums et des conférences, pour encourager les échanges entre les entrepreneurs publics et privés et les décideurs politiques. L’AUEI propose des formations et des séminaires dans le but d’améliorer les compétences des entrepreneurs algériens, en les préparant à affronter les défis de la mondialisation. En soutenant les petites et moyennes entreprises (PME), l’AUEI contribue à la création d’emplois et à la croissance économique du pays, a conclu le conseiller et vice président AEK Slimani dans cette conférence de presse.

À propos NADIRA FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Madar Holding honore l’acteur Algérien Sid Ahmed Agoumi

Le premier trophée « Afaneen El ...

Elections présidentielles anticipées de septembre 2024. Le compte à rebours…

A quelques mois de la ...

Une délégation d’hommes d’affaires turcs en Algérie. Les Turcs raflent la mise?

Une délégation d’hommes d’affaires turcs, ...

Clôture du Salon international de la Santé et du Tourisme Médical. Une aubaine pour les professionnels et les citoyens

Ce Salon, destiné exclusivement à ...

Ouverture du SITEV 2024 à la Safex à Alger. Sous le signe de l’investissement touristique

Le coup d’envoi officiel du ...