Accueil » RÉGIONS » Mostaganem. Une cellule d’écoute pour redynamiser l’investissement

Mostaganem. Une cellule d’écoute pour redynamiser l’investissement

Par Charef Kassous

Un acquis qui a germé, suite à la conférence de concertation engagée par les pouvoirs publics avec les opérateurs économiques, avec l’objectif de relancer l’activité économique, améliorer le climat des affaires, créer la richesse et résorber le chômage. A Mostaganem, l’investissement industriel ou autre n’est pas une mince affaire car même si les mécanismes de facilitation existent bel et bien, l’administration n’est adaptée à aucun mode économique. Dans la wilaya, les questions économiques n’ont jamais été d’un grand intérêt ni sur le plan de la panification ni sur celui de la diversification. Produire en agriculture, sans perspectives d’industrie de transformation, pourtant, nos gouvernants locaux ont été à l’école pour pouvoir mener une réflexion dans ce sens. L’agriculteur produit et se retrouve devant le dilemme de la commercialisation de son produit. Le discours politique est le même  »investissez, créer de la richesse pour promouvoir l’économie ». Nonobstant à Mostaganem, investir, c’est aller affronter des barrières d’acier pour faire avancer un projet. Aujourd’hui, on vient écouter les opérateurs économiques, c’est parfait car c’est une première. Cette mesure d’écouter les investisseurs locaux vient au bon moment pour mieux cerner les défis nombreux liés à la promotion de l’outil de production locale. Cet espace est une occasion d’ouvrir un débat franc et fort dans la perspective d’identifier les moyens de développer l’investissement productif, celui de l’industrie en particulier, dans un contexte de faible participation de ce secteur stratégique dans la croissance économique de la région qui est jusqu’à aujourd’hui sclérosée. On vient de donner l’opportunité de débloquer des situations invraisemblables auxquelles s’affrontent les opérateurs économiques dans le circuit. Des problèmes d’actes bloqués, des administrations qui bloquent l’investissement souvent arbitrairement, des courriers sans jamais de réponse, de la lenteur exagérée dans la délivrance des permis de construire, des problèmes de branchements en énergie, ceux des autorisations d’acquisition de produits sensibles, des questions d’habilitation du personnel, des zones d’activité sans VRD, les amenées d’électricité en zone industrielle (Bordjia II) non encore mis en chantier, les permis de travail, l’art et la bannière … tout ce bourbier, c’est parce qu’à Mostaganem, aucune structure ne s’occupe de l’investissement depuis la suppression du CALPIREF. D’un autre côté, la wilaya est sans directeur d’industrie depuis presque trois années. Une cellule d’écoute, c’est bien, mais elle doit être officialisée par un arrêté de création et présidée par un responsable de la wilaya, en présence des directeurs de l’exécutif.

À propos CHAREF KASSOUS

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Mostaganem. Les constructions illicites renaissent sous une autre forme

A Mostaganem des milliers de ...

Mostaganem. L’abandon des cimetières continue à agacer les citoyens

La gestion des cimetières de ...

Circulation routière à Mostaganem. Les bilans du massacre routier sont terrifiants

Les accidents meurtriers de la ...

Haut Conseil de la Jeunesse à Mostaganem. Les représentants ont du pain sur la planche

A l’instar des autres wilayas ...

Etudiants étrangers à Mostaganem. GISB ELECTRIC prépare ses délégués pour son projet africain

La valorisation du secteur de ...

%d blogueurs aiment cette page :