Accueil » RÉGIONS » Mostaganem. Les prix des fruits et légumes flambent

Mostaganem. Les prix des fruits et légumes flambent

Alors que les prix des fruits et légumes ont connu ces dernières semaines une certaine stabilité, voilà que la mercuriale flambe de nouveau. La flambée des prix est constatée dans tous les marchés de la wilaya et chez des marchands des fruits et légumes, répartis sur les différents quartiers et cités de Mostaganem.
En effet, ils ont fortement augmenté : la carotte est passée de 60 à 80 dinars le kilo, le navet de 50 à 80 dinars le kilo, comme la tomate dont le prix varie entre 120 et 170 DA et plus selon la qualité, le poivron doux est affiché à 170 DA et les courgettes sont cédées à 130 dinars le kilo, les haricots verts 230 DA, l’aubergine à 120 dinars le kilo ; quant à la pomme de terre, elle est affiché entre 100 à 120 dinars le kilo, selon le calibre ; même les oranges «Thomson» n’ont pas été épargnées par la hausse des prix, à savoir plus de 140 dinars le kilo, les bananes à raison de 450 dinars le kilogramme, les fraises (un petit paquet) à raison de 350 DA, les pommes (petit calibre) 350 dinars le kilo. Selon un commerçant activant au marché du quartier de Kharouba, «cette hausse est due au manque de produits sur le marché de gros. L’offre ne répond pas à la demande». D’autre part, du côté des viandes blanches, le prix du poulet a connu, ces dernières semaines, une hausse sur les différents marchés de la wilaya de Mostaganem. Vidé et emballé dans le strict respect de la commercialisation, les bouchers le proposent souvent à plus de 400 dinars le kilo en moyenne, soit une hausse dépassant les 60 dinars le kilo en l’espace de quelques jours. De nombreux vendeurs soutiennent que cette augmentation est due au manque de l’offre par rapport à la demande. Pour d’autres, cette flambée s’explique par la cessation d’activité de plusieurs aviculteurs en raison de la hausse des prix de ce genre d’élevage. En été, la demande sur ce produit a été très forte mais l’offre n’est pas suffisante, diront les vendeurs. Enfin, devant cette importante hausse inaccessible des prix tous azimuts, ce sont les portefeuilles des consommateurs qui vont chauffer, notamment ceux à faible revenu qui n’auront pas de répit d’autant plus que le mois de Ramadhan approche à grands pas.

À propos Djamel Eddine

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Mostaganem. Les services de Police sur le terrain

Dans le cadre des missions ...

Brèves de Mostaganem

Algérie Télécom lance une promotion ...

Mostaganem. Une rencontre régionale sur la réalisation d’un front intérieur par la cohésion nationale

Les responsables du bureau de ...

Mostaganem. Nettoyage de la plage dite «Sonachter»

Dans le cadre de la ...

Mostaganem. Les prix des fruits et légumes flambent

Voilà que la mercuriale flambe ...