Accueil » RÉGIONS » Mostaganem. Les élus doivent stopper la clochardisation du centre-ville

Mostaganem. Les élus doivent stopper la clochardisation du centre-ville

La ville de Mostaganem, chef lieu d’une wilaya émergente, ville au futur prometteur, assiste silencieusement à la constante dégradation de son centre-ville. Se promener au centre-ville de Mostaganem, c’est se rendre compte d’abord à la fulgurante turbulence des foules désorganisées, du bouleversant flux automobile, de la carence manifeste d’espaces verts, de mobilier urbain dégradé, à des feux tricolores souvent en panne, à des trottoirs délabrés, des couvercles de vannes dévastés, à des espaces vitaux investis par l’informel, des arcades niches de tous les maux, soit au total une clochardisation caractérisée. Le centre-ville n’a pas bénéficié de programmes d’aménagement depuis deux décennies tandis que le taux de fréquentation augmente ostensiblement.
Un problème sur lequel les nouveaux élus doivent porter une réflexion profonde. A l’instar des autres agglomérations urbaines, à Mostaganem, la notion du centre recouvre, dans sa définition, la volonté des responsables d’organiser l’espace ou le restructurer pour devenir un point où convergent toutes les activités de la vie quotidienne. Le commerce, les services, le transport et les loisirs épouseront l’espace central fortement marqué dans l’esprit du citadin. L’attention des techniciens pour la préservation de la centralité de la ville de Mostaganem conditionnera son avenir socioéconomique si toutefois ces derniers imposeraient leurs points de vue urbanistiques à leurs responsables élus. La ville de Mostaganem ne doit pas céder à des visions utopiques qui sont celles de transférer la centralité dans des cités dortoirs comme c’est le cas aujourd’hui. Cette vision, venue de nulle part, loin des observateurs urbanistes, a généré des cités dont les énergies fonctionnent que le soir, une fois que la ville a cessé ses activités. Tous s’accordent à dire que le centre-ville de Mostaganem est affreusement dévalorisé. Un gigantesque programme de réhabilitation des immeubles du centre, assez coûteux et très louable, devait voir à côté un autre programme pour la réhabilitation des espaces vitaux. On parle d’espaces vitaux, en faisant référence aux places publiques, aux placettes, aux espaces verts, au jardin «Emir Abdelkader», au revêtement du sol des arcades, au ravalement de ces dernières et à la réhabilitation du Souk de l’Oud Ain Sefra. La revue du plan de circulation, l’action de prévention routière avec une signalisation et une matérialisation qui répondent aux normes. L’esplanade du 17 octobre, avec les bus et les taxis trop désordonnés, engendre une agitation tapageuse. Les banques et les administrations du centre-ville devront contribuer à embellir leurs façades, juste pour les valoriser. La SNTF doit être rappelée à l’ordre pour laisser ses voies et passages à niveau se déprécier, mettant souvent les citoyens en danger. Redonner une vie au centre-ville, c’est être en conformité avec l’option de faire de Mostaganem, une réelle destination touristique. Pour cet objectif, il est évident que le concours des architectes est plus qu’impératif mais faut-il encore que les élus sollicitent leur réflexion. Avec l’Université et son Département d’urbanisme, des aménagements devraient être proposés sur un aspect de fonctionnalité et de modernité. Les visiteurs, et nous tous, fréquentons assidument le centre ; il doit, alors, être à l’attente des ambitions d’une ville avant-gardiste.

À propos CHAREF KASSOUS

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Transport à Mostaganem. Le tramway souffle sa première bougie

Selon un communiqué de presse ...

APW de Mostaganem. Kawtar Krikou en visite de travail et d’inspection dans la wilaya

La ministre de la solidarité, ...

Mostaganem. La médiation de la République, un axe hautement stratégique

Le 20 février dernier, a ...

18 février à Mostaganem. D’intenses activités pour immortaliser les sacrifices des Chouhada

A l’occasion de la célébration ...

Mostaganem. 1ère Conférence nationale sur le théâtre radiophonique

A l’occasion de la journée ...