Accueil » RÉGIONS » Mostaganem. Le naufrage de l’EPIC «Mosta Propre» est irréversible

Mostaganem. Le naufrage de l’EPIC «Mosta Propre» est irréversible

Le comble est qu’à Mostaganem, il y eut à une certaine époque, des responsables qui débordaient d’intelligence. Ces ingénieux responsables sont allés créer l’EPIC ”Mosta Propre” désarçonnant les services techniques de la commune de la majorité de ses missions. Certains dires affirment que cette décision pourrait être un traquenard à usage malveillant. Que d’activités malveillantes (vente de sable, vente de ferraille, vente de déchets ferreux et non ferreux, facturations gonflées de luminaires et…) ont transité par l’EPIC. Avec l’expérience de ses cadres et de sa main-d’oeuvre, les services techniques de la commune de Mostaganem étaient les plus performants dans les actions d’hygiène, de ramassage des ordures, de maintenance, d’entretien des établissements scolaires, de la voirie, de l’éclairage public, du panorama etc…Les services techniques étaient dotés d’un matériel considérable, d’un parc roulant important et d’une main-d’oeuvre qualifiée pour faire face aux missions. Ces missions qui servaient à conforter le cadre de vie des citoyens de la ville. Comme avec une baguette magique, on a créé l’EPIC mais on a disloqué, démantelé, massacré une structure qui veillait à ses missions. Aujourd’hui, l’état des lieux est déplorable car autant l’EPIC que l’APC sont les deux carrément absents. L’EPIC ”Mosta Propre” fait naufrage et, pour diverses raisons, abandonne ses missions. La moitié de la ville est dans le noir car les réseaux d’éclairage public sont défaillants. La voirie est dans un état piteux .Les trottoirs cassés avec des bordures manquantes jamais entretenus. Le ramassage des ordures ménagères hyper désorganisé sinon défaillant, la majorité des bacs à ordures sont dégradés, car beaucoup de quartiers croulent sous les détritus non ramassés des jours durant…et les conséquences d’hygiène se font ressentir. On vient de mettre fin à plus d’une dizaine de camions bennes du privé pour cause d’incapacité de remplir les contrats. Les espaces verts, c’est une honte car tout ce qui a été planté, entretenu, et mis en valeur, est parti en fumée et Mostaganem est passé du vert aux mauvaises herbes. L’EPIC avec son paysagiste fatigué n’a pas été capable d’entretenir le paysage urbain de Mostaganem. Aujourd’hui, la grande question est la suivante : qu’est-il advenu du personnel, des techniciens, du parc roulant, et des services de la commune? La création de cette EPIC est pour les citoyens de Mostaganem une grossièreté car l’incompétence de ses responsables n’est pas imaginaire. L’EPIC va droit au mur car le surplus d’orgueil n’apporte jamais les bonnes solutions à la gestion. L’absence d’intelligence a fait qu’à l’EPIC, on a fait du surplace en attendant les subventions et c’est ça l’aberration. Aujourd’hui, le bateau est en train de couler et l’image de Mostaganem avec… Quel gâchis !!!

À propos CHAREF KASSOUS

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Santé à Mostaganem. La gestion des déchets hospitaliers, un sujet préoccupant

Une thématique extrêmement sensible autant ...

Gare maritime de Mostaganem. Premier accostage du bateau espagnol en provenance de Valence

La crise sanitaire due à ...

Energies renouvelables à Mostaganem. «GREEN POWER», une jeune entreprise relève bien des défis

A Mostaganem, «Green Power», une ...

Cinéma. Des jeunes formés à la réalisation de courts métrages

A Mostaganem, les actions envers ...

Implanté au coeur Mostaganem. Un dépôt de carburants laisse présager d’imminents risques

Depuis déjà une vingtaine d’années ...