Accueil » RÉGIONS » Mostaganem. Le Dr Badredine Zouaga dissèque le mouvement associatif

Mostaganem. Le Dr Badredine Zouaga dissèque le mouvement associatif

Dans le cadre des activités académiques de la Direction de la Culture de la wilaya de Mostaganem, le Docteur Badredine Zouaga, professeur à l’Université de Batna, a été invité, à l’occasion de la Journée nationale de la fraternité et la cohésion Peuple/Armée, pour animer une conférence à la salle rouge de la maison de la culture  »Ould Abderrahamane Kaki », ce mercredi 22 février 2023. La thématique proposée, c’est l’état des lieux du mouvement associatif et sa contribution à la citoyenneté dans notre pays. Dans son intervention, le conférencier a voulu mettre en exergue la citoyenneté de l’Algérien en rapport avec les sacrifices pour l’indépendance de l’Algérie. Selon lui, ce noyau demeure décisif même dans l’éducation du citoyen algérien. Il illustra d’abord cette réflexion pour dire que l’Algérie est le seul pays qui dispose d’un ministère des Moudjahidines, ce qui renvoie vers le principe du djihad adopté comme principe indéfectible. Le Dr B.Zouaga a invoqué cette particularité de l’Algérie qui fête cette Journée nationale de la fraternité et de la cohésion Peuple/Armée. Une fois de plus, assurera-t-il, le peuple et l’armée se solidarisent de la même façon qu’à l’époque de la guerre de libération nationale. Selon lui, le  »Hirak’ rassemblant à l’avant et à l’après est un investissement qui a conduit le pays à des réformes plausibles pour l’édification de l’Algérie nouvelle. En revenant sur la société civile, il a considéré et évoqué son rôle dans l’unification du pays. A partir de cet aphorisme, le conférencier a fait référence à une équation qu’il nomme équation sociale. Selon lui, l’équation sociale, c’est l’adhésion à la politique de l’Etat Algérien pour la concrétisation des aspirations citoyennes donnant à l’Algérie la capacité et les moyens de réussir la mise en œuvre de stratégies rénovées et de réformes structurantes. Son analyse nous a menés à comprendre que le soutien à la politique de l’Etat passe par le niveau de conscience et de connaissance de la société civile garantissant le succès de toutes les actions de développement. Cette équation sociale, ajoutera-t-il, c’est instaurer la conviction dans la réflexion afin d’assurer que les maux sociaux tels que la violence, la délinquance, la  »harga » chez les jeunes deviennent des aspirations positives par des actions associatives. Suite à cela, le conférencier a évoqué la thématique de l’équilibre social pour une cohésion et une harmonie dans la société qui débouchera forcément vers la démocratie. Cette démocratie qui devient désormais une nécessité chez les peuples. Nonobstant le conférencier, en faisant allusion au patriotisme, il nous renvoie aux années soixante dix et quatre vingt où en Algérie, il n’y avait que peu de structures éducatives, que peu de moyens de communication, que peu de mosquées mais il y avait de la cohésion sociale comme il y avait une manifeste adoration pour la nation Algérie. Cet attachement aux acquis était le fruit de ceux qui enseignaient le nationalisme et l’abnégation pour la patrie. Enfin, le Dr B.Zouaga a traité le sujet de la société civile par l’équation sociale qu’il estime avoir, comme les socles garantissant la cohérence sont la famille, l’école et la société dans toutes ses dimensions.

À propos CHAREF KASSOUS

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Mostaganem. Le wali partage la fête de l’Aïd avec les personnes âgées

A Mostaganem, la journée de ...

Le ministre de l’Education Nationale à Mostaganem. Des avancées et des satisfactions

Le ministre de l’Education nationale, ...

Coopération à Mostaganem. Partenariats obsolètes et conventions fantaisistes

A Mostaganem, comme partout ailleurs, ...

Circulation routière à Mostaganem. Ville congestionnée attend mesures adaptées

Ces dix derniers jours du ...

Agriculture à Mostaganem. Le wali supervise les récoltes primaires de la pomme de terre

Le chef de l’Exécutif a ...