Accueil » CULTURE » Mostaganem. Le chant «Bedoui» sombre dans l’oubli

Mostaganem. Le chant «Bedoui» sombre dans l’oubli

Il est un pan de notre culture à Mostaganem qui perd de son lustre au fil du temps, et personne ne semble s’en soucier outre mesure. Dans le domaine de la musique le genre bedoui est le plus touché par cette déperdition.
Pourtant le patrimoine construit tout au long des siècles est riche est varié, et a inspiré les plus grands poètes et les plus célèbres interprètes, nous n’en citerons à titre d’exemple que certains parmi les plus illustres noms de cet art séculaire que nous nous refusons de laisser dépérir. En premier le Saint Sidi Lakhdar Benkhelouf, il fut un poète guerrier qui a vécu au 16 ème siècle et a participé à la bataille victorieuse contre les troupes espagnoles à Mazagran. Chaque année la municipalité du village où il est enterré ravive son œuvre en organisant son « mawssem », soutenue par la direction de la culture de la Wilaya. Cette tradition est heureusement toujours d’actuaalité et sa flamme est toujours vivace. Ce n’est malheureusement pas le cas des cheikhs djilali Aïn Tedeles, Gouaïch Mohamed dit « Hamada », Mohamed « el Mamachi. Tous ces cheikhs ont de leur vivant prit part aux festivals nationaux qui se déroulaient annuellement dans la localité de AÏn tedeles, auxquels participaient des groupes et des maîtres du genre venus de tous les coins du pays. Ces évènements faisaient la fierté de Mostaganem qui avait l’honneur de les abriter, et constituaient une attraction pour les visiteurs et admirateurs inconditionnels. Alors que les mariages « citadins » étaient fêtés par des groupes musicaux de genre chaabi, en dehors des villes c’était seulement le Bedoui qui avait droit de cité. Nous évoquerons également et avec nostalgie les troupes des Aïssaouas, de Nadi el Hilal Takafi ou de SaÏdia qui enrichissaient le patrimoine musical de Mostaganem, et portaient résonnances jusqu’à l’extérieur du pays. Tous les volets de cet éventail musical du terroir devraient être réhabilités, et encouragés à reprendre du service et renaître de ses cendres, pour le plaisir des mythomanes et la renommée de la Wilaya de Mostagnem.

À propos h salem

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Marché automobile en Algérie. Et… qu’en est-il de Renault?

Le sujet de la commercialisation ...

Gaza à feu et à sang

Lorsque les bombes incendiaires illuminent ...

Gaza: l’annonce d’une apocalypse

Devant le monde médusé par ...

Lettre au nouveau wali de Mostaganem

Monsieur le Wali, il est ...

Saison estivale: tout se passe-t-il bien dans la transparence?

La saison estivale bat son ...