Accueil » RÉGIONS » Mostaganem. Le capital-expérience des retraités très peu exploité

Mostaganem. Le capital-expérience des retraités très peu exploité

A Mostaganem, comme ailleurs, la sortie en retraite est marquante comme fait de société. Après juste une collation, quand l’occasion se présente, le retraité part en retrait de la vie active, ovationné dans une atmosphère de gaité et avec un petit présent quelque fois symbolique. Des témoignages de collègues apaisent chez celui qui se retire de toute une vie, l’amertume d’abandonner un cercle, une famille et surtout un labeur. Celui-là s’en va et se retire le cœur serré mais avec le sentiment du devoir accompli. Sa satisfaction d’avoir donné de son temps, de son savoir et de son expérience professionnelle acquise par la sueur de son front, compense tout un départ. A Mostaganem, à l’instar des autres wilayas, des milliers de travailleurs quittent la vie active, souvent en silence, emmenant avec eux toute leur expérience professionnelle. Ce qui est marquant dans un cas pareil, c’est ce sujet d’importance capitale qui est celui du capital-expérience de ces aînés qui s’éteint et duquel en on parle jamais chez nous. Ces milliers de retraités, chacun dans son secteur, leur expérience est, sans nul doute, un vrai enjeu de la société. Ce qui a attiré notre attention, c’est que ces retraités qui s’en vont, ils s’en vont avec un capital-expérience inestimable dans tous les secteurs d’activité. Certains des présents diront qu’il est insensé de ne pas profiter de toute l’expérience et de toutes les connaissances acquises par un individu, tout au long de sa vie professionnelle, sous prétexte que celui-ci n’est plus en activité. Pour les intervenants, chaque individu qui termine sa carrière, est un puits de connaissances qui peut en aider plus d’un. Toutes ces connaissances doivent être transmises et profiter à ceux qui en ont besoin, aux plus jeunes, aux nouveaux arrivants sur le marché du travail. La transmission du savoir doit être faite savamment toutefois. Il suffit d’organiser cela comme beaucoup d’expériences déjà entreprises en occident. Il est évident que cela rendra possible un gain d’expérience non négligeable. En effet, le profil senior viendra partager avec les jeunes ses connaissances, son expérience, son savoir, mieux que de voir s’évaporer la connaissance et le professionnalisme. La consultation provenant des seniors est une richesse qui aiderait à résoudre un tas de problèmes dans le milieu du travail. Aujourd’hui, la tendance est à l’industrialisation de la wilaya, c’est une politique économique préconisée dans la stratégie des autorités locales. A Mostaganem, les retraités peuvent également contribuer à l’élan de développement inscrit sur la feuille de route de wali de la wilaya. Il est opportun d’organiser le transfert des compétences entre seniors et juniors avec, bien sûr, l’intégration de nouvelles recrues; par conséquent, il faudrait développer activement la piste de l’alternance. Sachant que les retraités ne figurent sur aucun fichier, il serait possible de faire un état des lieux de toutes les compétences de la wilaya et les proposer à l’assistance des jeunes recrues. On supposerait que l’Association des retraités de la wilaya puisse s’intéresser à un sujet pareil. Dire adieu à une activité, c’est demeurer ouvert et disponible en saisissant les opportunités d’apporter un plus à la société.

À propos CHAREF KASSOUS

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Export à Mostaganem. Pour 4 millions USD, GISB met le cap sur le Sénégal

Le Groupe Industriel Sidi Bendehiba ...

Sidi Ali. Aucun projet industriel en perspective

La relance de l’économie placée ...

Presse – Justice à Mostaganem. Pour la consolidation de la relation

Le jeudi 20 janvier 2020, ...

Emploi à Mostaganem. 84 jeunes du pré-emploi intégrés par la DJS

Le directeur de la Jeunesse ...

Venues de onze wilayas de l’Ouest. 85 micro-entreprises participent au salon régional

L’intérêt du Président de la ...