Accueil » RÉGIONS » Mostaganem. L’abandon des cimetières continue à agacer les citoyens

Mostaganem. L’abandon des cimetières continue à agacer les citoyens

La gestion des cimetières de la commune de Mostaganem semblent n’intéresser aucun responsable. Dans ce contexte précis, les prérogatives des uns et des autres dans le service public ne sont pas claires. Depuis la création de l’EPIC  »Mosta Propre », les services communaux ont plongé dans un état de coma profond. On n’arrive plus à faire le distinguo entre les tâches destinées à l’entretien du parc urbain et en particulier celui des cimetières. Il faut reconnaître que nos lieux de sépulture souffrent d’un manque cruel d’entretien. Les causes de cette déplorable situation sont multiples. La principale cause de l’état répugnant des cimetières c’est d’abord la mauvaise gestion. Le manque de civisme et le squat des lieux qui est lui un nouveau phénomène. Jusqu’à aujourd’hui le citoyen ne comprend pas les raisons pour lesquelles il n’y a plus d’entretien dans les cimetières. Celui de Sidi Benaicha, de Sidi Benhaoua et de Sidi Maazouz sont à l’abandon voire dans un état d’insalubrité indescriptible. La saleté, les résidus de bouteilles en plastique, la multiplication de l’herbage sauvage et le désordre défigurent les cimetières jusqu’à un degré d’inaccessibilité aux tombes. Les citoyens sont désemparés devant cet état de fait qui continue à les incommoder durant les visites hebdomadaires des tombeaux de leurs proches défunts. Ceci donne cette impression d’abandon, de fatalité de responsables qui regardent ailleurs car les tombeaux sont occultés par la clôture. L’APC a peut-être oublié que l’entretien des cimetières est une prérogative communale. Sans vouloir évoquer l’organisation dans l’enceinte du cimetière, la commune doit d’abord s’atteler à cette tâche par respect aux morts. Mais l’EPIC  »Mosta Propre » est devenue l’arbre qui cache la forêt et la Commune se désengage inexplicablement de sa mission. La commune attend peut être les actions du volontariat des braves bénévoles… Qui sait? Les bénévoles se sont donnés corps et âme pour déblayer, nettoyer mais la tâche est rude car le laisser aller a engendré une situation compliquée à l’intérieur des cimetières. Pour y arriver, il n’y a que l’action publique qui peut redonner à l’espace mortuaire un visage digne de respect aux défunts de la commune. Cette situation devrait faire l’objet d’une opération d’envergure suivie, bien sûr, d’une réorganisation sur le plan du service au niveau des cimetières. Les citoyens ont beau marquer les tombeaux de leurs morts pour repérage mais au moment des visites ils se retrouvent perdus. Les  »Tolbas » eux aussi leur tâche se complique de mal en pire. Sur les réseaux sociaux, les citoyens désemparés lancent un cri de détresse. En revanche, le vieux cimetière chrétien, bien entretenu, doit donner à réfléchir à nos élus qui eux aussi il leur arrive d’aller visiter les membres de la famille défunts.

À propos CHAREF KASSOUS

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Investissements à Mostaganem L’opération d’assainissement du foncier industriel touche 85 concessions

La stratégie de l’investissement a ...

Agriculture à Mostaganem. Le label une franche valeur ajoutée à l’export

La 2ème journée du Salon ...

Mostaganem. Le Plateau Marine est aussi une zone d’ombre… urbaine

Le Plateau Marine, un quartier ...

Traditions de Mostaganem. Les «Mellayates» et la fontaine publique, tout un mode de vie

A Mostaganem, pour les besoins ...

Radio Mostaganem. Le directeur plaide pour une radio citoyenne performante

La Radio Régionale de Mostaganem ...