Accueil » RÉGIONS » Mostaganem. Journée d’études sur la problématique du trafic d’organes

Mostaganem. Journée d’études sur la problématique du trafic d’organes

La Faculté de Médecine de l’université «Abdelhamid Ibn Baddis» de Mostaganem a abrité, lundi 20 novembre 2023, une journée d’études sur la problématique du trafic d’organes. Un évènement co-organisé par la Direction de la Santé, la Faculté de Médecine et la Cour de justice de la wilaya de Mostaganem. Cette rencontre à laquelle ont pris part le recteur de l’université, ses collaborateurs et un parterre de médecins, de juristes et d’étudiants, décrit et examine la problématique posée par le trafic d’organes, de tissus et de cellules d’origine humaine ainsi que les modes de régulation adoptée pour lutter contre ce trafic qui prend des proportions inquiétantes. Cet évènement qui met en débat un phénomène considéré comme une grave violation des droits humains mais duquel on ne parle pas souvent. Faut-il rappeler que le trafic d’organes humains est une activité illégale qui consiste à vendre ou acheter des organes humains. Il s’agit d’un problème mondial qui touche de nombreux pays dont l’Algérie. A cette occasion, les juristes conférenciers ont apporté beaucoup d’éclaircissements sur le traitement juridique du fléau en Algérie. C’est ainsi que les Dr Rafiqa Aissani et ses collègues le Dr Djilali Bousaha, le Dr Hadja Ouafi et le Dr Aicha Benkara Mostefa, ont mis en exergue les contours législatifs, lois qui réprimandent les délits relatifs à la commercialisation illégale d’organes humains. Un fléau devient une activité commerciale ou, mieux encore, un fonds de commerce pour des réseaux criminels, usant de la fragilité de certains donneurs, sans se soucier de leurs devenirs.
Comme il a été souligné, en Algérie, le trafic d’organes est puni par la loi. L’article 254 du Code pénal algérien prévoit une peine de prison de 10 à 20 ans et une amende de 100.000 à 500.000 dinars pour le trafic d’organes. En effet, sur le volet pénal, on retient que les peines peuvent aller jusqu’à 20 ans d’incarcération au cas où la victime est mineure ou handicapée. Les juristes présents à la journée d’études ont souligné la nécessité de renforcer les lois et les sanctions contre le trafic d’organes. Ils ont également appelé à la coopération internationale pour lutter contre ce phénomène. Le corps médical présent, notamment les enseignants de la Faculté de Médecine, a souligné l’importance de la sensibilisation du public au don d’organes pour sauver des vies humaines. Sensibiliser afin de stopper la recrudescence de la monétisation de l’homme comme phénomène malsain. Certains ont signalé la dimension éthique du commerce d’organes qui, selon eux, fait abstraction du respect de l’humain dans son intégrité et sa dignité.
De là, les intervenants ont fait ressortir, abordant ainsi les responsabilités respectives des receveurs, médecins et pouvoirs publics dans ce marché. On nous informe, par ailleurs que ce fléau, très actuel du trafic d’êtres humains, soit celui du commerce illégal d’organes, a franchi les limites et s’est converti en une nouvelle forme de ce négoce qui consiste à la vente d’êtres humains par morceaux. Enfin, à la suite des débats, cette journée s’est soldée par des recommandations relatives à la mise en place d’un système de don d’organes, plus transparent et plus équitable, pour tous. Comme il a aussi été invoqué la promotion de la coopération internationale pour lutter efficacement contre ce phénomène pour l’empêcher de faire son lit en Algérie.

À propos CHAREF KASSOUS

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

APW de Mostaganem. Kawtar Krikou en visite de travail et d’inspection dans la wilaya

La ministre de la solidarité, ...

Mostaganem. La médiation de la République, un axe hautement stratégique

Le 20 février dernier, a ...

18 février à Mostaganem. D’intenses activités pour immortaliser les sacrifices des Chouhada

A l’occasion de la célébration ...

Mostaganem. 1ère Conférence nationale sur le théâtre radiophonique

A l’occasion de la journée ...

Mostaganem. La radio régionale fête son 20ème anniversaire

Créée dans les années 2004, ...