Accueil » RÉGIONS » Mostaganem. Face à une crise sociale aggravée, l’ADS fait le mort

Mostaganem. Face à une crise sociale aggravée, l’ADS fait le mort

A Mostaganem, plusieurs structures administratives ont éteint les lumières il y a bien longtemps. Des services publics absents à l’appel continuent de s’acquitter d’une pseudo tâche que le citoyen ignore totalement. Le pire est que ces administrations qui vivent dans l’ombre ne sont ni évaluées ni contrôlées par les pouvoirs publics. A titre d’exemple, nous allons procéder à la dissection de (l’ADS) l’Agence de développement social, une structure inconnue surtout par ceux et celles dont la précarité a dévasté leurs vies. Une structure qui est là juste pour le décor. Créée en 1996 par décret exécutif n° 96/232 du 29 juin 1996, l’Agence de Développement Social « ADS » est venue renforcer le dispositif institutionnel mis en place par l’?tat en matière d’intervention sociale afin d’atténuer les retombées économiques et sociales engendrées par la mise en oeuvre du plan de réajustement structurel durant la période des années 90. L’ADS a pour missions statutaires, de promouvoir, de sélectionner, de choisir et de financer, totalement ou en partie, par voie de subvention ou tout autre moyen adéquat:Des actions et interventions en faveur des populations démunies; tout projet de travaux ou de service d’intérêt économique et social, comportant une haute intensité de main d’oeuvre, initié par toute collectivité, communauté ou entité publique ou privée, dans le but de promouvoir le développement de l’emploi par la micro-entreprise. Une antenne régionale est implantée à Mostaganem. Rares sont les gens qui connaissent son existence. Ses missions sont méconnues par l’ensemble des citoyens. Parce que cachée, cette structure semble appartenir à un autre Etat. Une ADS qui ne présente aucun appel à projets, ni elle informe de ses activités, ni elle dispose de bilans …une agence qui fait le mort pendant que la précarité ravage des familles entières surtout par ces temps de crise sanitaire engendrée par le COVID19. Le malaise social est devenu une préoccupation plutôt du mouvement associatif et de solidarité. Ce sont les associations qui luttent contre la précarisation. Alors que les responsables de l’ADS se croisent les bras. Personne n’entend parler de l’ADS à Mostaganem. La page facebook de cette structure fantomatique rapporte les activités des wilayas de Chlef, Oran et Mascara…à Mostaganem c’est le néant. Mr le responsable de l’ADS refuse même d’informer la presse même s’il a été sollicité à plusieurs reprises. L’activité d’insertion sociale est inexistante à Mostaganem. Une situation qui inquiète plus d’un car, la mendicité, la prostitution, la pauvreté,la délinquance, l’émigration clandestine, la criminalité les fléaux de tous genres augmentent à vu d’oeil mais les programmes d’insertion on n’en entend jamais parler. Ce qui est inconcevable c’est le contre-courant qu’empreinte cette structure par rapport à ses missions. Mais à Mostaganem on a cette fâcheuse habitude de gérer des structures d’une manière occulte. A Mostaganem la paupérisation et l’ADS ne se sont jamais croisées.

À propos CHAREF KASSOUS

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Mostaganem. De nouveaux programmes pour valoriser le couvert forestier

La forêt a toujours été, ...

Mostaganem. L’UGCAA pour davantage de défis

A l’instar des autres wilayas ...

Mostaganem. Les chefs de daira appelés à plus de rigueur

La persévérance du chef de ...

Journée Mondiale de la Douane à Mostaganem. Une institution engagée avec fierté professionnelle

Au niveau de la Maison ...

Enseignement supérieur à Mostaganem. Les débats sur le projet de modernisation de l’université lancés

Ce lundi 23 janvier, c’est ...