Accueil » CULTURE » Mostaganem. 10ème édition du festival national du «Ch’ir El Melhoune»

Mostaganem. 10ème édition du festival national du «Ch’ir El Melhoune»

Le Commissaire du festival national du ‘’Ch’ir El Melhoune’’, le Dr Abdelkader Bendamache, donne une conférence de presse annonçant la célébration de la 10ème édition de ce grand évènement culturel. Une prestigieuse manifestation culturelle qui se façonne d’année en année depuis 2013 date de sa création. Sous l’égide de Mme Soraya Bouloudji, ministre de la culture et des arts, la manifestation qui se déroulera du 21 au 24 décembre dédiée au poète Sidi Lakhdar Benkhlouf est annoncée comme soutien à la lutte des combattants de Ghaza pour la liberté. Lors de la présentation du programme de la festivité de la poésie populaire, le commissaire assure que cette édition verra la participation de plus d’une cinquantaine de poètes venus de plusieurs régions du pays. D’ajouter :’’Durant les quatre jours de la célébration de cet évènement culturel, Mostaganem se convertira en la capitale de la poésie populaire animée par d’illustres conférenciers ‘’. L’interlocuteur annoncera aux médias qu’à travers tout le programme, le soutien à la cause Ghazaouie sera une proclamation poétique qui retentira par la parole de plusieurs poètes. Ceci, dira le commissaire, sera le fait marquant de cette 10ème édition. Selon lui, le festival devenu institution littéraire depuis sa création, va à la rencontre des créations poétiques sur l’ensemble du territoire afin de valoriser ce patrimoine populaire qui est ‘’Ech’ir El melhoune’’. De la poésie touareg aux poètes chaouis et amazigh, ce patrimoine creuse sa richesse comme il pérennise sa connaissance savante du verbe. Pour conclure, il évoquera le grand poète Cheikh Hadj Omar El Mokrani dont l’œuvre est grandiose et à qui le festival rendra hommage, par la consécration d’un ouvrage, le 4ème jour à la ville de Chlef. A cette occasion, les journalistes présents ont interrogé le commissaire sur certains points tels que la dimension algérienne du ‘’Ch’ir El melhoune’’ dans le maghreb, la bibliographie et la documentation, les correctifs apportés aux anciennes poésies, l’œuvre de Sidi Lakhdar Benkhelouf et enfin la contribution de l’Université algérienne dans la recherche et la préservation de ce patrimoine immatériel précieux qui est la poésie populaire. Sur la documentation de la poésie populaire en Algérie, Si Abdelkader évoque justement l’ouvrage intitulé « L’algérianité de la poésie melhoune et sa prééminence au Maghreb qui vient mettre en avant la poésie populaire et son émergence en Algérie ». A cette publication, s’ajoute trois autres titres parus ces dernières années sur divers thèmes liés au ch’ir El melhoune algérien, huit numéros de la revue « Le message du melhoune algérien  » et d’autres ouvrages documentaires sur des supports audio-visuels produits par le Commissariat du Festival culturel national de la poésie Melhoune comme patrimoine algérien vivant et authentique.

À propos CHAREF KASSOUS

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Mostaganem. Colloque régional du Trésor

Ce 17 mai 2024 s’est ...

Santé à Mostaganem. La 2ème édition de la campagne nationale de prévention lancée

Sous le slogan «Mode de ...

Mostaganem. Le wali partage la fête de l’Aïd avec les personnes âgées

A Mostaganem, la journée de ...

Le ministre de l’Education Nationale à Mostaganem. Des avancées et des satisfactions

Le ministre de l’Education nationale, ...

Coopération à Mostaganem. Partenariats obsolètes et conventions fantaisistes

A Mostaganem, comme partout ailleurs, ...