Accueil » CHRONIQUE » Morsure covidienne: quand le corps psychique se scelle

Morsure covidienne: quand le corps psychique se scelle

«Cette crise nous pousse à nous interroger sur notre mode de vie, sur nos vrais besoins masqués dans les aliénations du quotidien» Edgar Morin

Le pass sanitaire est un exemple édifiant, il sème la confusion en heurtant les hommes avec leurs propres corps (corps réel psychique, imaginaire) et gagne à consentir à leur propre servitude. Au lieu de tamponner cette discordance «d’interprétation algorithmique des événements», il devient un moyen de rationaliser notre inhibition devant le temple d’une communication «grillagée». Comment s’appréhende le virus en Algérie, et quel est l’impact sur le psychisme ? Devant un lien social déjà déliquescent et qui porte en lui les stigmates de la micro pénalité et le démembrement corporel puisque le penchant atavique est appelé à la rescousse, la parole et l’écrit se musèlent et se donnent en pâture devant la mortification sociale ambiante. La gestion de l’épidémie se trouble et s’affole, elle essaie de rationaliser la peur qui est différente de l’angoisse, ce sujet dépasse largement cette chronique. L‘anxiété fera tomber le sujet adepte «de la modernité liquide» dans l’effet mortifère de la communication manipulation médiatique qui obéit au «BIO-HYG?NISME ALGORITHMIQUE». La matérialité de Facebook ne danse-t-elle pas au rythme de l’autisme social et le selfie n’explique-t-il pas les dérives de l’individualisme qui ont injecté une dose insurmontable de schizophrénie dans la réciprocité humaine? La psychanalyste Elsa Godard dira : «Le selfie représente un tournant dans l’histoire de la pensée. Avec lui, nous passons de la société du «Je pense», marquée par la prédominance du logo, à celle du «Je vois, je suis vu». Je donne à voir au lieu de chercher à expliquer. Il influence aussi la construction du moi dès le plus jeune âge. Le psychanalyste, Jacques Lacan, a élaboré le «stade du miroir», phase du développement où l’enfant découvre sa propre image dans le miroir et prend conscience de l’unité de son corps, de son être. Symboliquement, je postule que nous sommes passés du «stade du miroir» au «stade du selfie». Dans son analyse, la psychanalyste dira «Un selfie, ça se trafique, ça se met en scène. Ceux qui prétendent refléter la spontanéité de l’instant, ne sont pas forcément spontanés ni sincères. Il y a une dimension de trompe-l’œil dans le selfie. Une parole muselée, des sujets réfractaires à la subjectivité, allant même à nier la Covid, hchouma, oblige de facto donnent libre cours à leurs épanchement pour annoncer qu’ils sont soit positifs au Covid soit vaccinés, genre signe de fierté arguant une bonne citoyenneté qui rentre bien dans le moule du conformisme généralisé. Le fait de soulever cette question, n’est pas de balancer une moquerie contre ceux qui nourrissent la société du spectacle à leur insu, à mon sens, sans faire une psychanalyse de bazar, il faudrait dire que la frénésie de l’incessante répétition démontre amplement la pulsion de mort qui trouve un écho favorable avec des identifications groupales; ces aspects ne sont pas sans conséquence sur le devenir de l’économie psychique. Ce mécanisme mental de résignation actif me permet de questionner l’énigme qui pourra se profiler derrière le spectacle marchand de la belle âme qui se nourrit du franchissement de l’interdit de la parole de façon sélective. A cet égard, le désir de franchir l’interdit est judicieux dans la mesure de libérer l’esprit de l’injonction télévisuelle. Comment prétendre à l’autonomie quand la montée de l’insignifiance coalise avec «communication manipulation» ? Enfin, avant d’aborder la question de la mort et de la Covid, je dirai que la chaleur foisonnante de la vie devra nous pousser à la singularité agissante, en termes Héraclitien «il faut vivre de mort et mourir de vie».

À propos Adnan M.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Morsure covidienne: quand le corps psychique se scelle

«Cette crise nous pousse à ...

Film Abou Leila. Quand la résistance est cadenassée

Aborder la question de la ...

Les vertus des huiles essentielles. Naturopathie: Le bien-être thérapeutique

Le stress est une réalité ...

Les dérives de la contrainte sociale

L’échange de parole demeure une ...