Accueil » Point de Vue » Morbide mentalité

Morbide mentalité

L’occupation illégale des espaces publiques, notamment les trottoirs par des commerçants, des vendeurs ou des chauffeurs qui y stationnent leurs, véhicules, est un autre signe qui nous révèle deux choses : D’abord, que l’Etat par l’entremise de ses services concernés, «assure» une absence presque totale sur les lieux du «crime». Alors que c’est sa mission qui consiste à intervenir chaque fois, qu’un espace public se trouve illégalement occupé et que cette occupation va gêner la fluidité des déplacements des citoyens sur cet endroit. L’Etat possède, en effet, les moyens nécessaires, juridiques et humains, afin de rétablir l’ordre des choses. Hélas, à maintes reprises, nous remarquons, avec déception, que ce travail n’est pas accompli selon les normes ou pas du tout appliqué. Ensuite, nous avons une catégorie de citoyens qui n’a pas encore eu vent, que l’occupation d’un espace public sans autorisation préalable provenant des autorités concernées, est un acte abject et fortement contre la loi et susceptible de commettre un grand désagrément à l’ordre public. Quand je tiendrais à responsabiliser le citoyen, fut-il conscient ou inconscient une fois, je tiendrais du coup à responsabiliser les services de l’Etat dix fois. En effet, c’est à l’Etat que devrait revenir la lourde et exclusive charge de rétablir l’ordre public et personne d’autre. Si les lois et les règlements de la république sont sérieusement appliqués, de façon équitable et impartiale, le citoyen n’aura pas d’autre option que de s’y soumettre, sans la moindre faille. Si ce même citoyen remarque que c’est la débandade qui règne sur les lieux, il profite de la situation. Nous avons deux exemples frappants démontrant, à quel point l’Etat est capable d’imposer sa volonté quand cela lui plait. L’interdiction catégorique de fumer dans les endroits publics. Nous pouvons facilement constater à quel point cette interdiction est drastiquement appliquée, depuis des années et par tout le monde. Le second exemple est l’imposition formelle de mettre la ceinture de sécurité par le chauffeur du véhicule et l’occupant du siège avant. Voilà, un exemple inspiré de l’expérience réelle révélant une chose importante : Quand l’Etat se décide sérieusement à mettre en application ses lois et imposer l’ordre, aucune force ne saurait se mettre en travers de son chemin. Vous allez sûrement me dire pourquoi il ne le fait pas ? Vous connaissez tous les maux de l’administration algérienne: A commencer par la corruption, en passant par le népotisme et en aboutissant au trafic d’influence …

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le top de la formation dans l’Institution militaire

Depuis l’adoption de l’option visant ...

Le 16 avril: Jour de la science… tout un symbole

Les Algériens avaient choisi le ...

Le Proche-Orient sur une poudrière

Dès le 07 octobre dernier, ...

Israël est désormais vulnérable!

A vrai dire, la vulnérabilité ...

Et, si l’Iran attaque Israël?

C’est possible… Mais une telle ...