Accueil » ACTUALITE » Mode de gestion d’Air Algérie. Faut-il tout remettre en cause?

Mode de gestion d’Air Algérie. Faut-il tout remettre en cause?

Restructuration ou revue d’ensemble du mode de fonctionnement ou d’organisation de l’entreprise aérienne historique ? Au-delà d’une remise en question, Tebboune veut-il, en fait, revoir le «Système» des transports en Algérie? Depuis janvier 2022, rappelons-le, le président de la république donne l’impression de faire le «grand ménage» dans le secteur des transports après le dysfonctionnement constaté des suites desquelles d’importantes décisions ont été prises et de remaniement. Toutefois, il n’y a pas que la saison estivale 2022 puisque le président affiche également son ambition d’accélérer le processus de l’investissement privé. Après que le président de la république Abdelmadjid Tebboune ait instruit, en Mars, Air Algérie d’ouvrir de nouvelles voies aériennes et ordonné au ministère des transports de procéder à la révision de prix de billets d’avions et de bateaux, avant la saison estivale, afin d’inciter et d’encourager les membres de la communauté nationale installée à l’étranger à emprunter les entreprises nationales de transport, voilà que le président Tebboune annonce la nécessité de revoir le mode de fonctionnement de l’entreprise aérienne publique historique. C’était déjà dans l’air depuis au moins deux années mais aujourd’hui le doute s’est dissipé. Le secteur des transports est appelé à subir un saut qualitatif. Notre pays organise à partir du 25 juin à Oran la 19e édition des JM. Cet évènement est une opportunité pour permettre de moderniser le secteur des transports principalement aérien et maritime avec le transport des délégations des pays participants. Ceci dit, après trois longues et lassantes années de pandémie et à la faveur de l’accalmie sanitaire qui prévaut depuis début mars, le but des pouvoirs publics centraux y compris celui du ministère des transport, est d’apporter une véritable thérapie à un secteur aussi stratégique qui n’est autre que la vitrine de l’Etat du fait qu’en transportant les voyageurs, véhicule la carte postale, l’image commerciale et la destination du pays dans le monde. Soucieux de garantir la pérennité et la durabilité du service public aérien et compte tenu du «lifting» diplomatique opéré dans les missions consulaires et les ambassades algériennes afin de mettre la communauté nationale dans de bonnes conditions de séjour à l’étranger, la présidence algérienne veut assurément donner un sens concret à sa politique de modernisation de ses deux modes de transport les plus en vogue, aérien et maritime. Dans ce registre, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, met sur la table de nombreuses questions concernant le mode de gestion du pavillon national. Le Chef de l’Etat avait déjà annoncé en 2020 son intention de remettre en ordre le secteur des transports ce segment économique vital devenu par un concours de circonstances budgétivore et peu rentable. Cependant, lors de la dernière réunion tenue entre le président Tebboune et le Conseil des ministres, la question de la «remise en ordre» de ce secteur a dominé les débats et semble même avoir été accompagnée de décisions importantes. Au côté de l’examen et le suivi de projets de loi et d’exposés concernant plusieurs secteurs, celui des transports a été le plus en vue. À ce sujet, Abdelmadjid Tebboune a remis en cause le mode de gestion du pavillon national, Air Algérie. Selon le communiqué de la Présidence de la République, le président de la République a donné des instructions au ministère des Transports. On retrouve, entre autres, celles relatives au renforcement des dessertes opérées à l’international pour la saison estivale. Par ailleurs, on note que le chef d’État s’est focalisé sur un autre aspect. Il s’agit du mode opératoire d’Air Algérie. Effectivement, le communiqué souligne une restructuration à la fois de l’organigramme mais aussi du mode de fonctionnement du transporteur aérien. Et ce, de manière à correspondre aux normes internationales. En outre, la note évoque aussi la dimension socioprofessionnelle de l’effectif de la compagnie Air Algérie. C’est-à-dire, le département ministériel chargé du secteur doit apporter plus d’attention à la situation socioprofessionnelle. Celle des pilotes ainsi que des techniciens algériens exerçant dans l’aviation. En effet, la question du mode de fonctionnement d’Air Algérie a déjà été abordée. Et ce, en marge d’une réunion tenue entre le PDG par intérim de ladite compagnie et le ministre des Transports, conformément aux précisions du site spécialisé Voyagez dz. Dans le détail, cela a porté sur une révision «attentive et minutieuse» du mode de gestion d’Air Algérie, le rendant ainsi conforme aux normes internationales. Par la même occasion, le ministre a souligné que le pavillon national devait réaliser, par lui-même, ses plans de développement. À ce propos, les responsables d’Air Algérie ont reçu l’instruction de mettre en place un plan d’action réparti sur trois phases. À savoir, le cours, le moyen et le long terme. Et ce, tout en gardant une perspective claire et des objectifs déterminés.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

«12 anciens puits fermés» seront réhabilités et mis en exploitation. Prévenir le risque hydrique et améliorer l’alimentation en eau potable

Afin de réduire les risques ...

Service biométrique de l’état civil 42 Miramar. Une histoire liée à «l’application photo» pénalise les candidats au BEM

Suite aux coupures de plusieurs ...

agression sioniste contre Ghaza depuis le 07 octobre dernier. 10.000 femmes martyres déjà

Il semble que le sort ...

Le commerce pendant les fêtes religieuses à Oran. «On se croirait en temps de la grève des 08 jours»

Oran une ville morte pendant ...

Nouveau classement des compagnies aériennes africaines. Air Algérie déloge la RAM

Air Algérie est sur le ...