Accueil » MONDE » Missiles. La Russie sort ses griffes hypersoniques

Missiles. La Russie sort ses griffes hypersoniques

La Russie a annoncé, lundi, avoir procédé avec succès au premier lancement d’un missile hypersonique depuis un sous-marin nucléaire. Ces missiles Zircon ont pris une importance grandissante aux yeux du président russe Vladimir Poutine et de ses généraux. Il fait nuit noire sur la vidéo, quand soudain, après une dizaine de secondes, une vive lumière apparaît et s’élève dans le ciel. Impossible de dire de quoi il s’agit, mais Moscou a affirmé, lundi 4 octobre, que c’est la preuve du premier lancement réussi d’un missile hypersonique depuis un sous-marin. « Ce test d’un missile Zircon, lancé depuis un sous-marin nucléaire, a été un succès », a précisé le ministère russe de la Défense. Il a été tiré depuis un sous-marin à propulsion nucléaire Severodvinsk, déployé en mer de Barents, et a « atteint sa cible », conclut le communiqué du ministère. « C’est une démonstration de force qui s’inscrit dans la logique assumée par la Russie de relance de la course aux armes stratégiques », affirme Alexandre Vautravers, expert en sécurité et en armement et rédacteur en chef de la Revue militaire suisse (RMS). Le Zircon n’est, en effet, pas n’importe quel missile. Il s’agit d’un missile hypersonique, c’est-à-dire capable de dépasser la vitesse de Mach 5 (6 174 km/h) « pour toucher n’importe quelle cible à 1 000 km de distance », avait assuré Vladimir Poutine, le président russe, lors d’un discours de décembre 2018 durant lequel il avait confirmé l’existence de ces armes de nouvelle génération. Les armes hypersoniques ont aussi l’avantage de pouvoir être téléguidées, contrairement aux missiles balistiques traditionnels, qui ne peuvent pas changer de trajectoire en plein vol. De ce fait, ce type d’armement est censé être bien plus efficace contre des cibles mouvantes, comme les bateaux de guerre. « Les Zircon sont, prioritairement, des missiles antinavires qui peuvent être utilisés, accessoirement, pour viser des cibles terrestres », résume Gustav Gressel, spécialiste des questions militaires russes au Conseil européen pour les relations internationales. La Russie a commencé à travailler sur les Zircon au début des années 2010 et a effectué plusieurs tests ces cinq dernières années. Mais le premier lancement d’un missile Zircon depuis un sous-marin, ce lundi, constitue une étape importante d’un point de vue opérationnel. Ce type d’arme est généralement déployé sur les porteurs les plus furtifs possibles, « et en Russie ce sont les sous-marins car le pays n’a pas le niveau technologique suffisant pour des bombardiers furtifs à long rayon d’action, capables d’échapper aux radars américains », explique Alexandre Vautravers. Dans le scénario noir pour Moscou d’un affrontement armé contre les forces de l’Otan, « les sous-marins sont les seuls éléments de la marine militaire russe qui auraient une chance de survivre [sur l’Atlantique] face à la flotte de l’Otan ou des Etats-Unis. Et de ce fait, il est important de pouvoir démontrer que de tels vaisseaux peuvent transporter ces missiles », ajoute Gustav Gressel.

À propos lecarrefour dalgerie

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Sanctions contre le Mali. La Cédéao tente de se justifier

Ce jeudi 27 janvier 2022, ...

Sommet ouest-africain pour évoquer la crise au Burkina Faso

Les Etats ouest-africains se réunissent ...

Mali – Cédéao. L’Union africaine veut relancer le dialogue

Une délégation de l’Union africaine ...

Partygate. Retour sur les dates de ce scandale qui risque de faire chuter Boris Johnson

L’étau se resserre autour de ...

Ukraine. Le bras de fer entre les Etats-Unis la Russie s’intensifie

La Russie a lancé, mardi ...