Accueil » ORAN » Migrants africains. Ces enfants subsahariens mendiants!

Migrants africains. Ces enfants subsahariens mendiants!

Une simple tournée à travers les artères d’Oran renseigne sur le flux important de migrants africains. Les subsahariens ont rapidement trouvé leur marque à Oran et sont en train de s’imposer par leur présence sur le marché de la mendicité. Contrairement aux autres africains présents dans la ville qui, en attente d’un éventuel passage en Europe. Des femmes et des enfants en bas âge ne sont venus que pour mendier, dans tous les carrefours et devant les feux tricolores, allongés sur le trottoir. Vêtus de haillons, ils sollicitent la charité des passants. Si un tel spectacle est particulièrement épouvantable dans un cadre aussi prospère, il n’a rien d’anomalie dans le tissu urbain Oranais. En réalité, ces manifestations de pauvreté et de dénuement extrêmes sont devenues tristement familières dans tout le pays. La plupart ne sont pas venus pour travailler ou étudier, mais pour mendier de la plus abjecte des façons. En matière de mendicité infantile, ces réfugiés maliens, nigériens, en majorité des femmes et enfants, ne sont venus que pour mendier. On les trouve partout. Les divers coins de la ville sont envahis dès les premières heures de la journée par des grappes d’enfants qui trouvent à mendier auprès des automobilistes ; la circulation est intense au niveau de ces sites et les arrêts de véhicule régulés par des feux de circulation, ce qui permet d’approcher un grand nombre de personnes. Tous les passants et les automobilistes d’Oran ont certainement été confrontés aux assauts incessants et surtout insistants de petits enfants subsahariens brandissant une petite assiette creuse en plastique et demandant l’aumône. Un moment fort désagréable qui provoque une gêne généralisée, car ses enfants, souvent en très bas âge, sont utilisés comme des (appâts). Avec l’apparition de la pandémie de covid en 2019, l’Algérie a suspendu provisoirement, à titre humanitaire, les opérations de rapatriement et de reconduction à la frontière.

À propos Y.chaibi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Prolifération de chiens errants. Incivisme, laisser aller et inquiétude

Ecumant les cités à la ...

Rideaux baissés. Le calvaire des Oranais pendant l’Aïd El Fitr

En dépit des assurances de ...

Association coeur ouvert «Lala». La solidarité au rendez-vous

L’élan de solidarité demeure une ...

A la veille de l’Aid El Fitr. Le marché Algerien innondé de produits contrefaits

Quece soit en soins, parfums ...

Vêtements de l’Aïd. La galère des parents!

De nombreuses familles oranaises doivent ...