Accueil » ORAN » Mendicité. Un fléau incontrôlable

Mendicité. Un fléau incontrôlable

Ils sont pratiquement partout, certains le font par nécessité alors que d’autres en ont fait un métier : celui de mendiant. Dans la capitale de l’ouest du pays, pas un feu de signalisation, ni un rond-point ou encore une rue où on ne les rencontre pas, surtout que cette profession est devenue bien lucrative. La mendicité, un fléau qui malgré toutes les luttes menées, continue de prendre de l’ampleur dans la société algérienne en particulier dans les grandes villes. Celle qui est la plus à déplorer est celle des enfants et de surcroît des tout petits dont la majorité ne dépasse pas les 5 ans d’âge. Aujourd’hui, la situation est devenue des plus alarmantes. Les mendiants sont partout. On les trouve près des feux rouges, devant les grandes surfaces, près des commerces et des lieux de culte…et tout cela au vu et au su de tout le monde. Il y a certains et certaines qui méritent d’être aidés, mais lorsqu’on ne peut pas entre le grain et l’ivraie, on préfère souvent s’abstenir afin de ne pas avoir le sentiment d’être leurrés. Pour les sub-sahariens africains, ils sont organisés en bande et agissent comme des employés modèles, structurés et soumis à des obligations professionnelles et même à une obligation de résultat ou de quota à atteindre. Dans ce ramassis, on ne peut remarquer la présence de jeunes femmes avec des nourrissons marmonnant quelques litanies pour faire pitié. Il est constaté l’utilisation de plus en plus fréquente d’enfants pour la mendicité sur la voie publique. Sans méconnaitre les difficultés qu’elles peuvent éprouver, il s’agit là d’un comportement inadmissible de la part des familles qui porte gravement atteinte à l’intégrité et à la dignité autant qu’à la santé de ces enfants généralement âgés de 2 à 5 ans. La position de l’islam par rapport à la mendicité est très claire, il y’a un hadith du prophète (paix et salut soit sur lui) qui dit la main haute est meilleure que la main basse, c’est à dire la main qui donne est meilleure en mérite que la main qui reçoit. Donc l’islam n’encourage pas la mendicité.

À propos Y.chaibi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

En l’absence de contrôle et de l’application de la loi. Des cités neuves défigurées par des transformations anarchiques

La ville d’Oran a vécu ...

Environnement. Un minimum de discipline pour une ville propre

«La propreté fait partie intégrante ...

Nids-de-poule, affaissements, fosses… La voirie de tous les dangers

Le réseau routier d’une ville ...

Quartier de Choupot. Les rues Soufi Zoubida et Smain Med sombrent dans le désordre

A Hai Abdelmoumene (Ex-Choupôt), la ...

Drogue et psychotrope. Prévenir la consommation chez les jeunes

Le phénomène de la consommation ...