Accueil » ORAN » Mendicité des enfants. Un phénomène qui persiste

Mendicité des enfants. Un phénomène qui persiste

La mendicité, un fléau qui, malgré toutes les luttes menées, continue de prendre de l’ampleur dans la société algérienne. Celle qui est la plus à déplorer est celle des enfants et de surcroît des tout petits dont la majorité ne dépasse pas les 5 ans d’âge. Ce n’est pas toujours de leur propre gré que certains enfants font la manche dans les rues d’Oran ou des autres localités de la wilaya. Il y a en effet des enfants mendiants qui agissent sous la pression des parents. Dans le circuit, l’on retrouve de plus en plus de sujets étrangers. La protection des droits de l’enfant est mise à rude épreuve. Les pouvoirs publics interviennent pour juguler la mendicité. Les proportions, en fait, alarmantes prises par ce fléau qui touche les enfants en bas âge, d’autant plus que la promulgation d’une loi interdisant la mendicité peine à freiner ce phénomène, tendre la main est entré dans les mœurs quotidiennes. Les enfants mendiants sont nombreux dans la ville d’Oran qui impose aux passants un décor des plus tristes et inquiétants, inconscients, ils sont généralement  »affectés » par des adultes à des points préalablement étudiés et bien ciblés. Cela fait des années que les mendiants subsahariens ont investi la ville d’El Bahia. Ce sont des dizaines de familles avec enfants qui s’adonnent à la mendicité. Ils sont dans tous les coins de la ville, en quête d’argent. Ainsi, les mendiants sont devenus légion, on les trouve devant les mosquées, les marchés, les feux tricolores et les supérettes. La convention relative aux droits de l’enfant a été ratifiée par l’Algérie en avril 1993, une occasion pour l’État algérien de confirmer les engagements déjà pris dans son arsenal juridique et sa politique de l’enfance. Mais si la loi garantit les droits fondamentaux des enfants, la réalité est bien différente. La montée en puissance de la mendicité des mineurs aujourd’hui dans toutes les villes du pays en sont la manifestation et triste illustration. Bien qu’il ne s’agisse heureusement pas de la majorité, il convient d’attirer l’attention sur le fait qu’aujourd’hui, malgré les mesures législatives et réglementaires, certains enfants restent encore exposés à des violations de leurs droits. Des efforts continus sont nécessaires pour aboutir à une concrétisation effective du droit de l’enfant.

À propos Y.chaibi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Rideaux baissés. Le calvaire des Oranais pendant l’Aïd El Fitr

En dépit des assurances de ...

Association coeur ouvert «Lala». La solidarité au rendez-vous

L’élan de solidarité demeure une ...

A la veille de l’Aid El Fitr. Le marché Algerien innondé de produits contrefaits

Quece soit en soins, parfums ...

Vêtements de l’Aïd. La galère des parents!

De nombreuses familles oranaises doivent ...

Ramadhan. Le mouvement associatif solidaire

En ce mois particulier de ...