Accueil » SPORT » Match retour Algérie – Cameroun. Les Verts ont perdu contre l’arbitre

Match retour Algérie – Cameroun. Les Verts ont perdu contre l’arbitre

Sur le continent africain, le football n’obéit pas toujours aux règles du sport, du talent, de la tactique des entraîneurs ou encore sur les coups de chance. Non, le football en Afrique, c’est d’abord la force et la puissance des fédérations. «Les arbitres ne respectent pas l’Algérie». Cette phrase de Belmadi est très significative. Elle résume tout. Si les arbitres qui viennent en Algérie, ne respectent pas le pays, le peuple et les joueurs, c’est parce qu’avant tout, ils ne respectent pas la fédération de football. Pour la simple raison que celle-ci est faible, ne jouit pas d’une audience importante et ne connait rien aux jeux des coulisses. L’Algérie a battu le Cameroun lors du match aller mais aussi au match retour, footballistiquement parlant mais a perdu contre l’arbitre. Un arbitre et cela se voyait sur son visage, venu décidé de déjouer les plans de Belmadi et des joueurs. Belaili victime de plusieurs tacles dangereux et illicites dans le carré de l’adversaire, n’a pas une seule fois bénéficier du VAR. Pourquoi ? Le premier but camerounais, inscrit sur une faute d’un attaquant, a été validé illico presto sans se référer au VAR. Les pertes de temps du gardien adverse n’ont été sanctionnées que vers la fin de la partie. Toute revendication des Verts est ignorée d’une façon musclée avec menaces de sanctions. Il est évident quand il s’agit d’un match aussi décisif et important comme les barrages pour le mondial, la moindre erreur volontaire ou involontaire de l’arbitre déconcentre les joueurs et les énerve. Et les erreurs de cet arbitre-là ont été pour la plupart volontaire et préméditées. Il était donc impossible de gagner contre le Cameroun et impossible de rester concentrer pendant 120 minutes. Par contre, le match retour qui a opposé le Sénégal à l’Egypte a été géré majestueusement bien par l’arbitre algérien malgré l’importance de la rencontre, la pression des coachs, du public et du jeu souvent violent des joueurs. L’arbitre algérien n’avait pas intérêt de verser d’un côté ou de l’autre, sa carrière était en jeu. Et cela parce que les deux fédérations sénégalaise et égyptienne pèsent au niveau de la CAF. Ce n’est pas notre cas, malheureusement.

À propos Abdallah Bouhali

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Un paradoxe nommé Renault

L’usine Renault, malgré des déclarations ...

Des Verts et des pas mûrs !

Nous l’avons souligné à maintes ...

Ghaza pleure mais reste debout

Ghaza souffre, Ghaza pleure mais ...

Tout part d’une intox !!!

Les légumes secs se sont ...

Nous sommes les moutons

Nous sommes les moutons, des ...