Accueil » ORAN » Marchés de fruits et légumes. Des conditions hygiéniques et sanitaires déplorables

Marchés de fruits et légumes. Des conditions hygiéniques et sanitaires déplorables

Les marchés implantés au niveau de tous les quartiers de la ville d’Oran ne répondent plus aux conditions minimales d’hygiène. Quiconque y pénètre pour effectuer ses emplettes ne peut qu’éprouver répulsion et indignation tant les conditions hygiéniques et sanitaires qu’offrent ces structures commerciales sont déplorables. Les consommateurs se plaignent de plus en plus de l’aggravation de l’insalubrité dans les marchés de fruits et légumes de la ville d’Oran. Des tas d’immondices encombrent les lieux commerciaux censés être propres, exposant ainsi les usagers à des risques divers, caniveaux remplis d’ordures, des sachets par-ci, des cageots par-là, légumes avariés, stagnation des eaux usées, insalubrité généralisée et odeurs incommodantes accentuées par des égouts à ciel ouvert, marchandise exposée sur un sol boueux, des amas d’ordures qui s’entassent devant l’entrée des marchés, ce n’est plus des marchés de fruits et légumes mais des dépotoirs à ciel ouvert. Cela se passe au vu et au su des autorités locales (élus et responsables de l’ancienne assemblée) qui n’ont rien fait pour changer les choses.
Plusieurs commerçants qui activent légalement précisent que le problème incombe à une partie de commerçants ambulants qui n’ont rien à avoir avec le commerce. Marchés ou décharges publiques ? Les marchés de fruits et légumes de la ville ne répondent pas aux normes d’hygiène et d’organisation en vigueur, d’où les multiples désagréments rencontrés par les citoyens qui fréquentent ces lieux et les commerçants qui y activent légalement. Pratiquement, c’est le même décor planté aux différents marchés que nous avons visités cette semaine de Mimosas à El Hamri en passant par le marché de la Ville Nouvelle et Boulanger et dans tous les autres marchés de la ville. L’état de désorganisation et de désordre généralisé qui caractérise le secteur du commerce à Oran a été à plusieurs reprises au centre des débats de l’APW et l’APC qui ont mis à nu les carences et le non-respect de la réglementation qui régit cette activité. En effet, le manque de planification et le laxisme de certains responsables chargés de ce secteur, l’absence d’hygiène et de contrôle ainsi que le squat des espaces extérieurs ont fait que le commerce se transforme en une activité très lucrative.

À propos Y.chaibi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Circulation routière et transport public. Les grands points noirs de la ville

L’un des points noirs dont ...

Commerce informel. Terrains agricoles squattés et exploités illicitement

La réglementation en matière d’urbanisme ...

Prolifération de chiens errants. Incivisme, laisser aller et inquiétude

Ecumant les cités à la ...

Rideaux baissés. Le calvaire des Oranais pendant l’Aïd El Fitr

En dépit des assurances de ...

Association coeur ouvert «Lala». La solidarité au rendez-vous

L’élan de solidarité demeure une ...