Accueil » ORAN » Manque de dessertes menant au pôle urbain «Ahmed Zabana». Des dépenses supplémentaires pour les usagers

Manque de dessertes menant au pôle urbain «Ahmed Zabana». Des dépenses supplémentaires pour les usagers

Se trouvant dans la nécessité d’emprunter des bus pour rejoindre aussi bien le foyer que le lieu de travail, les résidents du nouveau pôle urbain « Ahmed Zabana », lancent un cri de détresse à la direction des autorités compétentes, afin de mettre fin à leur souffrance. Or, c’est comme si tout allait bien dans la nouvelle cité, que les autorités ont dénommée «Ville connectée», les embarras des nouveaux arrivés au pôles ne font que s’accroître, dira une dame qui se plaint de manque de dessertes, menant vers d’autres quartiers. A vrai dire, seul le «D», un transport qui demeure le salut des usagers, lequel fait son terminus à l’entrée d’Es Senia. Une desserte qui ne peut satisfaire les demandes incessantes des travailleurs surtout qui doivent par la suite prendre d’autres moyens de transport. Il faut dire que toutes les tentatives de désenclaver la cité ont été vouées à l’échec, et ce, en l’absence d’une volonté réelle de motiver les résidents à occuper leur nouvelle demeure. Par ailleurs, la nonchalance des autorités locales a contribué, un tant soit peu, à doubler les peines des citoyens qui doivent désormais inscrire une nouvelle dépense à la grande liste des sacrifices mensuels. A ce sujet, nul doute que les discussions qui regroupent les voisins tournent autour des tensions existant dans le transport de la ligne «D» entre les usagers et les receveurs et parfois avec les chauffeurs. Ces derniers copient à merveille les mauvaises habitudes de leurs homologues des lignes déjà en service. Les pratiques sont bel et bien connues à savoir prolonger la durée de l’arrêt du bus dans l’optique de transporter un grand nombre de passagers qui va au-delà des normes réglementaires. Outre ce problème, le non-respect des mesures de distanciation. En effet, la covid-19 trouve un nid propice à la propagation. Un constat, seuls les usagers redoutent et tentent tant bien que mal de dissuader les transporteurs pour revenir à de meilleurs sentiments. C’est donc un problème sanitaire mais aussi de budget que pose le manque de dessertes au niveau de la cité qui n’est toujours pas sortie de sa léthargie.

À propos Islam Rayan

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Alors que le marché communal demeure inoccupé. Les vendeurs à la charrette préfèrent les rues

En dépit de l’ouverture du ...

Il emboite le pas au poisson frais. Le surgelé également hors de portée!

Le poisson ne se pose ...

Enième coupure d’eau au Pôle urbain Ahmed Zabana. Les colporteurs ambulants jubilent

L’eau ne coule plus dans ...

Distribué en peu de quantité à l’AADL « Ahmed Zabana » La crise du lait en sachet coïncide toujours avec le Ramadhan

Avec l’arrivée de chaque Ramadhan, ...

Premier jour du Ramadhan à l’AADL Ahmed Zabana. Les commerçants en profitent, les citoyens en déclin

Alors que la population oranaise ...