Accueil » MONDE » Mali. RFI et France 24 suspendues

Mali. RFI et France 24 suspendues

Etant rappelé le caractère documenté de nos émissions ayant entraîné la coupure de nos émetteurs, au Mali même, en soutien à ces coupures, Maliweb dénonce tout à la fois une «campagne d’intoxication», ainsi que ce que site internet appelle des «reportages sans fondement remplies d’inexactitudes sur l’armée malienne». Le Pélican n’écrit pas autre chose. Selon ce journal malien, «les Puissances occidentales, en tête la France, ne vont jamais laisser tranquilles les Autorités de la Transition». Pour Le Pélican, pas de doute, «les ennemis du Mali (…) mettront tout en œuvre pour pouvoir freiner l’élan d’intégration économique en cours entre Bamako et Nouakchott. Ils ne voudront jamais que les relations entre les deux pays soient au beau fixe ». Mais au-delà des frontières du Mali, la presse condamne très largement la coupure de nos émetteurs. Témoin le Niger. «C’est très gravissime en soi dans tout pays, lorsque les autorités en viennent à expulser un journaliste, à l’emprisonner, ou à mettre une chape de plomb sur un média. C’est la totale», estime ainsi Mourya, la voix du Niger. Selon ce journal nigérien, RFI et France 24, accusées «de mettre l’huile sur le feu ou de diffuser de fausses nouvelles ont bon dos (…) lorsqu’un pouvoir commence à sévir contre la presse nationale ou étrangère ça ne sent pas bon». Certes, le Mali et la France ont coupé les liens, «mais le Mali gagnerait à ce que la presse étrangère, dont RFI et France 24 y demeurent», estime Mourya. Témoin le Burkina Faso, où le journal Le Pays dénonce une «grave atteinte à la liberté de la presse si chèrement acquise, parfois au prix de la vie de certains professionnels des médias». Selon ce quotidien, les autorités de la transition de Bamako viennent de «franchir le palier de trop (…) Qu’est-ce qu’Assimi Goïta et ses frères d’armes attendent des médias?, se demande Le Pays. Qu’ils passent le temps à les caresser dans le sens du poil? Si tel est le cas, ils se trompent lourdement. Car le rôle d’un journaliste n’est pas d’encenser des dirigeants mais d’informer sainement le public tout en relevant, s’il le faut, les insuffisances afin de leur permettre de rectifier le tir. En tout état de cause, ce n’est pas en cassant le thermomètre que les autorités maliennes feront retomber la fièvre». L’Observateur Paalga n’écrit guère autre chose, en estimant que «ce n’est certainement pas en coupant le signal des médias en question qu’elles disculperont les (Forces armées maliennes) des graves accusations qui sont portées contre elles.

À propos Carrefour

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

France. Les agriculteurs en colère à nouveau dans les rues de Paris

Avant l’ouverture du Salon de ...

Le Carrefour de Mostaganem

Douane. L’Inspection Divisionnaire à pied ...

Cessez-le-feu immédiat à Ghaza. Le Conseil de sécurité échoue à faire aboutir les efforts de l’Algérie

Le Conseil de sécurité des ...

3000 requêtes réceptionnées en 2023 par le Médiateur de la république de la wilaya. Plus de 240 dossiers d’investisseurs reçus et transmis au wali

L’usine Renault, production d’Oued Tlélat, ...

Ghaza. 26 pays de l’UE appellent à une «trêve humanitaire immédiate»

Vingt-six Etats membres de l’Union ...