Accueil » ORAN » Malgré le peu de moyens, le centre des malades psychiatriques de Sidi Chami active. Des associations souhaitent le précieux «coup de main» des collectivités

Malgré le peu de moyens, le centre des malades psychiatriques de Sidi Chami active. Des associations souhaitent le précieux «coup de main» des collectivités

Le Centre des personnes malades de l’hôpital de psychiatrie de Sidi Chahmi, ne cesse depuis ces dernières années de déployer d’intenses travaux, de rénover et d’améliorer la prise en charge de ses pensionnaires malgré la faiblesse de la manne due à la conjoncture économique. Il est vrai que ses pensionnaires, qui se comptent annuellement par des centaines, font l’objet d’une attention somme toute particulière de la direction et des psychologues de ce centre malgré le peu de moyens. Toutefois, une association et des bénévoles qui ont visité ce centre à l’occasion de la journée des personnes âgées, ont posé “l’impérieuse nécessité de mettre à la disposition du centre d’accueil des malades psychiatriques, tous les moyens, notamment un “effectif de médecins en nombre suffisant” à travers des postes budgétaires supplémentaires. Cette grande structure a, en effet, besoin d’être modernisée de manière à la mettre aux standards, dans un seul objectif qui consiste à améliorer davantage la qualité de prise en charge. Cette structure qui, faut-il le rappeler, compte parmi les plus en vue à l’échelle du pays au vu de l’importance de l’affluence qu’elle enregistre, est un vrai “réceptacle” mais qui a besoin de l’apport des associations “disent-elles. L’un des points relevés par des bénévoles ayant visité ce centre, a trait “à l’insuffisance d’éclairage dans certains pavillons” outre le besoin de “renforcer l’entretien “. Concernant la qualité des repas, une amélioration a été constatée grâce à la volonté des responsables, relèvent-ils. Ce centre qui était confronté, il y a des années, au problème crucial de départ de certains de ses malades qui rechignaient à rester dans cette structure malgré une amélioration sensible de la prise en charge notamment sur le plan médical, assistance psychologique et alimentaire, a besoin plus que jamais, selon des associations, de “la contribution des pouvoirs publics et de celle des associations médicosociales qui veillent au bien-être des malades, surtout les personnes d’un certain âge qui souffrent d’un problème de manque d’affection et de visites de l’entourage familial”. C’est un centre qui enregistre des “progrès” surtout pour avoir entamé des travaux de réhabilitation mais force est de s’apercevoir qu’il éprouve tout de même un besoin “d’un précieux coup de main des collectivités et des institutions sociales”, afin de lui venir en aide pour pouvoir satisfaire toutes les doléances de ses pensionnaires étant donné que cette structure “ne peut pas accomplir tout à elle seule”, disent-elles.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Elections présidentielles du 07 septembre prochain. Le FLN pour la candidature de Tebboune

Le Président de la République ...

Pour assurer les permanences de trois jours de l’Aïd Al Adha. 1.008 commerçants réquisitionnés dont 291 boulangers et 03 laiteries

L’Aïd Al Adha est une ...

Le Président de la République s’exprime sur les souffrances des ghazaouis. «Une tache dans l’histoire de l’humanité»

Des bombardements et des morts ...

Mers Al Hadjadj. Près de 200 embarcations de fortune évacuées mercredi du petit port

Dans le cadre de la ...

L’armée sioniste a détruit intentionnellement toutes les infrastructures de base. Plus de 20 ans pour reconstruire Ghaza

Comment reconstruire la bande de ...