Accueil » RÉGIONS » Malgré le déficit hydrique à Ain-Temouchent. Les fellahs ont répandu de la semence sur leurs superficies céréalières

Malgré le déficit hydrique à Ain-Temouchent. Les fellahs ont répandu de la semence sur leurs superficies céréalières

Nonobstant le stress hydrique qui inquiète les agriculteurs particulièrement, les céréaliers se sont trouvés contraints de répandre de la semence dans leurs superficies céréalières en attendant les premières pluies salvatrices automnales, tout en laissant notre Dieu le tout puissant leur redonner de l’espoir avec un esprit d’optimisme qui viendrait de notre Créateur le grand enrichisseur, in challah (Sid Dieu le veut). La superficie agricole de la wilaya d’Ain-Temouchent est actuellement de l’ordre de 181.000 hectares cultivables dont 10.791 hectares irriguées, alors que les efforts conjugués par les autorités locales de la wilaya en coordination avec les services techniques agricoles, hydrauliques, de la chambre de l’agriculture, de l’union de wilaya des paysans Algériens (UNPA), avec l’implication des fellahs, escomptent et supputent, à l’horizon 2024, une nouvelle superficie agricole irriguée de 3.791 hectares, pour atteindre une superficie irriguée à l’échelle du territoire de la wilaya de 13.971 hectares. Notons, que la superficie agricole totale représente 203.584 hectares dont 180.994 hectares de la superficie agricole utile. Dans ce même ordre d’idée, l’antenne de l’Office National des Terres Agricoles (ONTA) de la wilaya d’Ain-Temouchent, mentionne que sur un nombre de 8711 exploitations agricoles à travers le territoire de la wilaya, 8532 exploitations agricoles ont bénéficié de leur acte de concession avec la création de 28 nouvelles exploitations agricoles. L’on peut y déduire et constater que la wilaya d’Ain-Temouchent qui est connue pour sa vocation à essentiellement agricole, nécessite un renforcement d’ouvrages hydriques en particulier les barrages, les retenues collinaires et des lacs artificiels pour améliorer le rendement des produits agricoles en particulier, les céréales toutes espèces confondues, les légumineuses, le vignoble, le maraîchage, l’arboriculture fruitière, rustique, etc. Dans ce même registre, la réalisation du barrage « El-Kolla » , scindant les communes montagneuses de Hassasna et Oued-Berkèches, toutes les deux implantées dans le territoire de la daïra de Hammam-Bou-Hadjar, qui a fait l’objet, d’ores et déjà, d’une étude technique hydrique et topographique, depuis des dizaines d’années, et qui a été gelée au niveau de la tutelle centrale, pour des raisons d’austérité financière, liée à la période que traverse le pays et le monde entier à la suite des fluctuations du prix du pétrole et la pandémie du Covid-19, est vivement attendue aussi bien par les agriculteurs des zones riveraines que les populations des O4 communes (Chentouf-Oued-Berkèces- Hassasna et Hammam-Bou-Hadjar) de cette daïra. Car, cet ouvrage d’art, une fois construit, va sans doute apporter un plus dans l’alimentation d’eau potable, l’irrigation des cultures agricoles, l’hydroélectricité sans épargner l’élevage de la pisciculture.

À propos B.Abdelkader

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Prévention et lutte contre le covid-19 et les différentes mutations de ses variants. Journée d’étude et de sensibilisation à Ain-Temouchent

La salle des conférences de ...

Ain-Témouchent. Ces déchets qui nuisent à la santé publique et à l’environnement

Malheureusement et nonobstant l’arrivée proche ...

76ème anniversaire des massacres du 08 mai 1945. La daïra de Béni-saf abrite les festivités

Dans le cadre de la ...

Ain-Temouchent. Les campagnes de sensibilisation et d’information sur les billets de banque s’avèrent très nécessaires

Pour prévenir ou régresser plus ...

CNAS d’Ain-Temouchent. Campagne d’information de grande envergure sur les prestations

Les services de la Direction ...