Accueil » RÉGIONS » Maghnia. La ruée vers les épices étouffe la ville

Maghnia. La ruée vers les épices étouffe la ville

L’afflux saisonnier de touristes que connait Maghnia à chaque approche de ce mois sacré ainsi que durant ramadhan pour les plus prudents, et qui devient au fil des ans plus étouffant, importune le citoyen malgré les retombées économiques que cela engendre à la région.
La ruée vers les épices se fait plus envahissante cette année. Déjà bien avant Ramadhan, c’est par dizaines de bus et centaines de véhicules particuliers que des touristes commerciaux arrivent quotidiennement de tous les coins du pays pour s’approvisionner en épices. Les épices moulues dans la pure tradition est le principal secret à cet important afflux de ménages.
A travers la diversité des wilayas d’origine des véhicules que la ville n’arrive pas à contenir, les «épices de Maghnia» semble, sans publicité aucune, avoir fait le tour d’Algérie d’où elle draine la grande foule depuis voilà déjà un mois. des centaines voire, durant les week-end, des milliers de visiteurs quotidiens convergent vers le principal pôle d’épices qu’est le marché couvert où la densité de visiteurs est tel que pour se faire servir les épices ou autres fruits secs, on doit soit faire appel à la patience soit user de ses forces. Tout est raflé au passage aussi bien les épices que les différentes substances aromatiques qui se présentent sous forme de cubes et bien d’autres ingrédients. C’est là l’opportunité annuelle tant attendue par les marchands d’épices d’améliorer leur chiffre d’affaire. Le nom de «ras el hanout» qui est même associé à la ville de Maghnia sur wikipédia, dénote de cette notoriété laquelle malheureusement a ses revers à l’origine de désagréments aussi bien pour les visiteurs que pour les locaux. La quasi inexistence de toilettes publiques (un seul lieu crasseux pour une ville de 200.000 âmes), est à l’origine de biens d’embarras notamment pour les femmes qui se voient ainsi contraintes, pour l’urgence de la situation, de mettre de coté leur pudeur et de faire la chaine à la porte de ce «lieu» avec la gent masculine ou pour les plus audacieuses, de demander la grâce des cafetiers ou restaurateurs pour faire usage du «petit coin», quand il existe. Par ailleurs, en plus de la hausse des prix des produits que cette ruée cause pour les maghnaouis et comme rien n’a été prévu pour l’accueil de tout ce déferlement, celle-ci engendre au quotidien une circulation automobile indescriptible.
Devant le manque d’aire de stationnement, les véhicules et bus passent des heures à sillonner les rues à la recherche d’une place de stationnement, ce qui complique davantage la circulation déjà dense au point où les agents de la voie publique, dépassés, n’arrivent plus à maitriser la situation et faire respecter les règles de la circulation et sont même, par moment, contraints à s’effacer devant cette anarchie… accueillants et également dociles, les maghnaouis vivront en silence le cauchemar jusqu’à la fin de Ramadhan.

À propos Ammami Mohammed

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Maghnia. La cheffe de la daira chez les moudjahidine

Lundi après-midi, la cheffe de ...

Tlemcen. Saisie de 15 kg de kif et un réseau de narcotrafiquants démantelé

Les éléments de la brigade ...

Maghnia. Un ftour de 2.500 couverts organisé par les Associations

La 4ème édition du méga-repas ...

Tlemcen. Importantes saisies de stupéfiants et de tabacs à chiquer

Dans le cadre des efforts ...

Maghnia. Saisie de plus d’un quintal de kif et arrestation de 8 trafiquants

La brigade de recherche et ...