Accueil » RÉGIONS » Lycée Zerrouki. Les anciens soulignent le 60ème anniversaire de l’indépendance

Lycée Zerrouki. Les anciens soulignent le 60ème anniversaire de l’indépendance

Le Bureau de l’Association s’est réuni afin de préparer la rencontre annuelle traditionnelle de ses adhérents. C’est sous la direction de son nouveau président, Mouissi Mansour, que s’est déroulée la revue des détails de ce rendez-vous qui se tient le 1er mai de chaque année. Cette fois-ci et en raison du mois sacré du ramadhan, elle est arrêtée pour le samedi 14 mai 2022. Cette rencontre des amitiés retrouvées, des rencontres joyeuses et d’une convivialité jamais démentie, se fera au sein de l’établissement de leur jeunesse, le lycée Cheikh Beneddine Zerrouki. Est-il besoin de rappeler que ce lycée a ouvert ses portes en 1888, qu’il a formé des milliers de cadres, qu’il a vu passer des enseignants prestigieux tels que Mostéfa Lacheraf et qu’il a fourni les rangs de la résistance au colonialisme. Après M. Attia Touati jusqu’à l’année passée, M. Kassous en a été le Président pendant des années. Il a dynamisé la fraternité et donné un essor visible à l’association. Passant la main au nouveau président, il reste au Bureau et ne se dérobe jamais à la tâche pour que la mémoire demeure. Ainsi, il a institué le thème de la rencontre qui se renouvelle chaque année, l’hommage aux anciens selon des points communs : les défunts, les anciens travailleurs, les amis du lycée… Pour que vive cette association et la mémoire des lieux, pour que se poursuive cette fête des amitiés, une invitation générale est lancée en direction des jeunes qui ont fait partie des effectifs du Zerrouki. Cette année, le Bureau de l’Association a décidé d’inscrire la mémoire des anciens élèves dans la commémoration de la liberté acquise au prix fort il y a déjà soixante années. On évoquera les chouhada qui, au milieu de leurs études, avaient choisi le combat du peuple, leur participation à la grève de 1957, la tension qu’ils subissaient avec stoïcisme, la formation d’une conscience résiliente par l’exemplarité et le quotidien qui se traduisait même dans les épreuves sportives ou pédagogiques. A leur manière, les lycéens vivaient intensément et avec courage la guerre imposée par un colonialisme qui voulait leur éradication. Il sera, certainement, évoqué, le chahid docteur en mathématiques Belarbi Abdelkader, les moudjahids docteurs Bensmaine et Bentami et d’autres. Certains anciens de l’établissement ont été vaincus par la Covid 19, le Bureau promet de ne point les oublier, ils seront de la partie avec leurs photos et seront au centre de vives discussions entre leurs camarades de classe ou leurs amis de récréation. Souvent, la mémoire se nourrit de nostalgie pour édifier des personnalités. Pour une matinée, la cour mythique de l’historique lycée vivra le brouhaha de notre Histoire et le pittoresque de nos anecdotes.

À propos Mansour.Benchehida

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Art dramatique à Mostaganem. Mustapha Benchougrani, un compagnon de Kaki nous quitte

Natif des années quarante, Mustapha ...

Art Dramatique : Colloque sur Ould Abderrahmane Kaki «Une manière de dire le théâtre algérien»

Le jeudi à 16h s’est ...

Sidi Ali Ksouri. Le maître de la source

Avant les inondations, SouiqaTahtania était ...

4ème art. Le mystère du théâtre de Kaki

Abdelkader Ould Abderrahmane, dit Kaki, ...

Cimetières de Mostaganem. Retour sur des sites riches en histoire

La mémoire collective locale situe ...